Conférence « Sources of numerical knowledge » – 26 janvier 2018

La conférence se déroulera de 12h à 13h, en salle 128, à la MSHS.

Résumé :

Professional mathematicians often evoke mental images, situated in space and time, when describing their thought process. In line with these reports, cognitive science has provided evidence that non-verbal representations are critically involved in mathematical thinking, in mathematicians as well as in the general population (Amalric & Dehaene, 2016; Dehaene, 2011; Dehaene, Bossini, & Giraux, 1993; Monti, Parsons, & Osherson, 2012; Varley et al., 2005).

Share Button

Séminaire « The issue of sequential and parallel processing in language production: Insights from neurophysiological data » – 25 janvier 2018

La conférence se déroulera de 10h à 11h, en amphi 031, à la MSHS.

Résumé :

The stages involved in mental information processing can be distinguished on the basis of various criteria, including the timing with which they operate. There, a primary distinction has been made between sequential and parallel architectures. Donders’s (1868/1969) influential hypothesis and its variants postulate that cognitive stages can operate
sequentially, that is, without temporal overlap.

Share Button

« L’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap : enjeux et perspectives » – 4 décembre 2017

Ce séminaire se déroulera en salle 009, au rez-de-chaussée de la MSHS.

Conférencière : Mai-Anh Ngo – Docteur et HDR en droit privé – Ingénieur de recherche Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG, France

Rapporteur : Philippe Renevier, Maître de conférence au laboratoire Informatique Signaux et Système de Sophia-Antipolis (I3S/CNRS UMR 7271)

Résumé :

La déclaration des Nations Unies portant sur le rôle des Technologies de l’Information et de la Communication pour les personnes handicapées dispose que « les avancées scientifiques et technologiques expressément conçues pour les personnes handicapées, (….), devraient leur permettre d’exercer pleinement leurs droits et libertés fondamentales dans toute la mesure du possible ». La force de cette affirmation montre à quel point la question de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap est une problématique centrale, notamment dans la perspective des droits fondamentaux. Les spécificités des nouvelles technologies de l’information et de la communication nécessitent toutefois de penser et d’adapter l’accessibilité à ce domaine particulier.

L’Union européenne, à l’instar du droit international, consciente de l’importance de ce sujet, est à l’origine ces dernières années de différents textes susceptibles de faire évoluer cette thématique. Ce développement sans précédent de l’encadrement légal de la question de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication mérite que l’on s’y attarde pour mesurer sa portée réelle.

L’analyse des directives adoptées ou en cours de discussion laisse apparaître des principes communs. Tout d’abord une première ligne directrice commune, très novatrice, réside dans le fait de traiter la question de l’accessibilité comme une exigence essentielle qui doit être prise en compte par le marché. Ensuite, la seconde ligne directrice commune, est représentée par la diminution du champ d’application de tous ces textes, d’une part, sous les pressions de divers groupes d’intérêts, mais aussi d’autre part, de façon plus prospective, par la mise en application des clauses de sauvegarde textuellement envisagées. Enfin, pour l’ensemble de ces textes, la question du contrôle de leur mise en œuvre semble perfectible.

Ces analyses menées sur le plan juridique révèlent, une véritable potentialité d’autonomie pour les personnes en situation de handicap dans la société de l’information et de la communication, cependant l’étude des textes met en lumière des insuffisances importantes.

Pour mesurer l’efficacité réelle de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap, il convient de comprendre par une étude pluridisciplinaire, voire transdisciplinaire, quelles sont les effets dans le quotidien de ces directives et propositions de directives.

Share Button

Nathalie HEINICH : Une approche sociologique des valeurs – 14 décembre 2017

La conférence se déroulera en amphi 031 à la MSHS, à partir de 14h30.

Résumé:

Le monde est-il régi par des valeurs ? Ces dernières changent-elles au cours du temps ? Et finalement qu’est-ce qu’une valeur ? Nathalie Heinich tente de répondre à ces questions par une sociologie axiologique qui s’attache à ce que sont les valeurs pour les acteurs : comment ils évaluent, opinent, pétitionnent, expertisent ; comment ils attribuent de «la» valeur, en un premier sens, par le prix, le jugement ou l’attachement ; comment les différents objets valorisés (choses, personnes, actions, états du monde) deviennent des «valeurs» en un deuxième sens (la paix, le travail, la famille) ; et comment ces processus d’attribution de valeur reposent sur des «valeurs» en un troisième sens, c’est-à-dire des principes largement partagés (la vérité, la bonté, la beauté), mais diversement mis en œuvre en fonction des sujets qui évaluent, des objets évalués et des contextes de l’évaluation.

Le thème des valeurs, par essence transdisciplinaire, est au cœur du projet de l’axe 2 sur les communautés numériques. La discussion sera introduite par un sociologue (Manuel Boutet), Un économiste (Richard Arena) et une philosophe (Carole Talon-Hugon) tous trois membres de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Share Button

Conférence « Le paradoxe de l’âge : De l’effet de positivité à la régulation émotionnelle » – 8 décembre 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente une conférence de Sandrine Vieillard (Laboratoire CHArt – UPON EA 4004 -Cognitions Humaine et Artificielle – Université Paris Nanterre). Dans le domaine du vieillissement normal, il existe aujourd’hui un engouement pour ce que l’on appelle communément l’effet de positivité. Ce concept, longtemps demeuré flou, est aujourd’hui défini comme la tendance des aînés par rapport aux jeunes adultes à traiter de manière privilégiée l’information positive sur l’information négative dans des tâches attentionnelles et mnésiques. Ce phénomène empirique a conduit certains chercheurs à considérer que l’effet de positivité était la manifestation d’une meilleure disposition à réguler les émotions avec l’avancée en âge. Cette idée selon
laquelle le vieillissement serait associé au développement de compétences tournées vers la recherche d’un biais favorable par lequel on peut voir toute chose est progressivement venue remplacer celle, plus privative, de la vieillesse. Cette représentation positive
du vieillissement participe à promouvoir la notion de « bien vieillir » devenu un enjeu social et politique majeur dans nos sociétés occidentales. Toutefois, elle n’est pas sans poser quelques questionnements du fait de son caractère contre-intuitif au regard de la réalité du vieillissement cognitif normal.
Ces questions seront abordées à travers la présentation de ses travaux expérimentaux (e.g., mesures comportementales, psychophysiologiques, oculomotrices) dont le double objectif était de tester la robustesse de l’effet de positivité et de contribuer au développement récent des études relatives à l’effet du vieillissement sur les capacités de
régulation émotionnelle. Cette présentation sera l’occasion de présenter ses nouveaux intérêts de recherche relatifs à l’effet de l’âge sur l’inscription corporelle des processus
cognitifs et d’aborder, dans le champ du langage, la manière dont les concepts abstraits, envisagés du point de vue de la perspective embodiment, sont susceptibles d’évoluer avec
l’avancée en âge.

La conférence aura lieu en salle 128 à la MSHS, de 12h à 13h.

Share Button

Conférence « Neurocognitive functions involved in the regulation of effort during endurance exercise: A dual-model perspective » – 7 décembre 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente une conférence de Rémi Radel (Laboratoire Motricité Humaine, Éducation, Sport, Santé LAMHESS EA 6312 -UCA).
Abstract. The regulation of effort during prolonged physical tasks not only has great importance in the performance of professional athletes, but also in everyday activities of all individuals. The problem can be assimilated to a trade-off between the costs and benefits of effort exertion, in which peripheral signals of fatigue, pain and energy consumption have to be compared to the values, the motives, and the utility of the task.
The objective of this communication is to provide a theoretical proposition of how these different types of information are integrated in the brain to regulate physical effort. In other words, a model will be proposed to identify the cognitive functions and brain regions/networks involved in this regulatory process. Specifically, a dual model is proposed in which effort would be constantly regulated in an automatic fashion at a subcortical level
but could also be sporadically regulated in a top-down manner by a controlled route when the automatic response is considered as inappropriate. Such conflicts may arise because it is presumed that each regulatory route considers different types of information, with rather unconscious information for the automatic route (e.g., peripheral afferent feedback, unconscious reward) and conscious information for the controlled route (e.g., subjective
feelings, task expectations, conscious rewards). The detection of conflict by a supervisory system would require cognitive resources by relying on effortful fronto-executive functions
such as sustained attention and inhibition. This framework therefore implies that while some conditions are favorable to a bottom-up regulation of effort, others are rather favorable to a top-down regulation of effort depending on the availability of frontoexecutive resources. In consequence, the different types of information may not always have the same impact on physical effort. This talk reviews the evidence for this model and also present preliminary data testing this model.

La conférence aura lieu de 12h à 13h.

Share Button

Conférence « Phénoménologie du signe : fondements neurophysiologiques et enjeux épistémologiques » – 24 novembre 2017

David Piotrowski est Chargé de Recherche à l’Institut Marcel Mauss de l’EHESS et rattaché au LIAS (Linguistique, Anthropologie, Sociolinguistique) UMR 8178 CNRS. Si la question du signe occupe de fait une place privilégiée dans l’analyse phénoménologique (cf. 1° Recherche Logique de Husserl), c’est de droit que, inversement, la question phénoménologique relève de l’interrogation sémiolinguistique – simplement parce qu’il
revient à tout savoir empirique de déterminer clairement la forme et le périmètre des phénomènes de son ressort. L’examen des « formes de l’apparaître » sémiolinguistique est donc partie prenante d’une réflexion sur la constitution d’un savoir sémiolinguistique, et plus particulièrement sur le caractère empirique d’un tel savoir. Se situant à la croisée de ces différentes interrogations (épistémologique, théorique, empirique, phénoménologique), on traitera du cas particulier de la théorie saussurienne du signe. Après un bref rappel des
principales étapes de construction d’une « morphodynamique du signe », comme
accomplissement mathématique des conceptions saussuriennes, on montrera que ce modèle possède une signification phénoménologique en ce qu’il restitue et affine fonctionnellement le système husserlien des strates de conscience verbale. S’agissant alors de fonder empiriquement une telle phénoménologie du signe, on se propose de montrer, d’une part, que les circonstances de génération du potentiel EEG évoqué « N400 » confortent une description intentionnaliste du fait sémiotique, et, d’autre part, que le système des strates de conscience verbale que décline la morphodynamique du signe se
trouve conforté par les observations de ce même potentiel évoqué. Il reste que la sémiolinguistique semblerait alors disposer de deux référentiels empiriques, calibrant, chacun suivant son ordre propre, les observables d’une seule et même science. L’un étant donc celui d’une phénoménologie, et l’autre celui des neurosciences. Si ces deux référentiels étaient mutuellement irréductibles, la situation serait intenable. Pour dépasser
cette obstruction, David Piotrowski montrera que dans une perspective structurale morphodynamique, la pratique des signes, leurs engagements effectifs dans l’accomplissement d’actes d’expression ou de communication − dont une science sémiolinguistique exposerait donc les principes et les modalités − incorporent le moment et conditionnent la forme de leur advenue. Autrement dit encore, la morphogenèse du signe se découvre inséparable des schémas normatifs sur lesquels se règlent les pratiques
sémiolinguistiques, et ceci à double titre : d’abord en ce que ces schémas sont le corrélat empirique et fonctionnel d’une stabilisation des signes, et ensuite, dualement, en ce qu’ils constituent le référentiel des ajustements et des innovations dont une parole vivante est toujours en quête. Les travaux de David Piotrowski se situent au croisement de la linguistique structurale, des modèles morphodynamiques, de la phénoménologie et de l’épistémologie. Ses principaux ouvrages sont Dynamiques et structures en langue, 1997; L’hypertextualité ou la pratique formelle du sens, 2004; Phénoménalité et objectivité linguistiques, 2009; Morphogenesis of the sign, 2017.

La conférence se déroulera en salle 420, de 12h à13h, au 4ème étage de la MSHS.

Inscription obligatoire auprès de sylvie.grenard(at)unice.fr

 

Share Button

Accès aux services d’Huma-Num

La TGIR Huma-Num propose un ensemble d’outils et de services (stockage, traitement, diffusion, signalement, exposition, préparation d’archivage) pour les données numériques produites en SHS. Ils sont proposés gratuitement à tout projet de recherche collectif en SHS manipulant des données.

Afin de les faire connaître et d’en faciliter l’accès, la MSHS s’associe à la Bibliothèque Universitaire de l’UNS pour mettre en place un correspondant local d’Huma-Num.

Ce service est accessible aux chercheurs des unités membres de la MSHS, et plus largement aux chercheurs en SHS de l’UNS, et aux chercheurs SHS des membres d’UCA (pour des projets financés par UCA).

Les demandes d’information et d’accès aux services d’Huma-Num sont à adresser à Mathieu Saby (mathieu.saby(at)unice.fr).

Correspondant Huma-Num pour la MSHS et l’UNS

(collaboration MSHS / Bibliothèque universitaire de l’UNS)
Mathieu SABY – 04 92 07 60 16 –  Mathieu.Saby (at)unice.fr

Share Button

Séminaire « ComMod : la modélisation comme outil d’accompagnement » – 19 octobre 2017

ComMod

Horaire : 10h30 – 12h en amphi 031 à la MSHS (Bâtiment recherche).

Dans le cadre de l’axe 4 de la MSHS Sud-Est (« Territoires, systèmes techniques et usages sociaux ») et du projet INTREPID (INdicateurs TeRritoriaux pour les Espaces Protégés : Itinérance et Développement durable) bénéficiant du soutien de l’Académie 5 de l’IDEX UCA JEDI, nous vous invitons à participer au séminaire « ComMod : la modélisation comme outil d’accompagnement » animé par Elsa LETEURTRE. Ce séminaire est ouvert à tous les membres d’UCA, mais l’inscription est obligatoire avant le 13/10/2017 auprès de Jean-Charles Briquet-Laugier (briquet@unice.fr).

Présentation du séminaire :

Un groupe de chercheurs et d’enseignants-chercheurs du CIRAD, du CNRS, de l’INRA, de l’IRD, de l’IRSTEA, d’Universités françaises et étrangères a mis au point et a formalisé dans une charte spécifique*, puis dans un ouvrage**, une nouvelle façon d’aborder la modélisation en appui à des processus de décision collective concernant la gestion durable des ressources naturelles renouvelables. Ce groupe dénommé ComMod (Companion Modelling) est aujourd’hui constitué en une association de praticiens. Il propose une démarche dans laquelle la modélisation est perçue comme un mode co-construit de représentation des objets, de leurs relations et de leurs dynamiques. Le processus d’accompagnement vise à amener progressivement les différentes parties prenantes à se connaître, échanger, partager leurs arguments et points de vue afin de construire une vision commune d’un problème et élaborer une solution acceptée.

Elsa Leteurtre, associée et gérante de la SCOP Lisode, travaille à développer cette démarche de façon opérationnelle. Engagée de longue date avec le collectif ComMod, elle est notamment trésorière de l’association.

Lisode est une entreprise de l’économie sociale et solidaire basée à Montpellier et spécialisée dans l’ingénierie de la concertation. Elle accompagne les institutions (essentiellement publiques) sur la thématique de l’association des « tiers » (citoyens, usagers, autres institutions, acteurs divers du monde public) aux projets territoriaux au sens large (gestion de l’eau, des territoires, des espaces naturels, de l’urbanisme, de l’agriculture, de la pêche, des risques naturels, etc.), sans intervention sur les contenus. Elle apporte un conseil dans chaque phase d’une concertation : analyse du contexte, planification du processus, choix des outils et méthodes, facilitation des ateliers et évaluation du processus. L’offre de services de Lisode est alimentée par ses propres travaux de recherche (plusieurs des associés de la structure ont une thèse et travaillent comme partenaire ou prestataire dans des projets de recherche).

Elsa présentera le 19 octobre la posture, la méthodologie, les outils spécifiques, les effets attendus et les conditions d’application de la démarche de modélisation d’accompagnement dans le cadre d’un appui aux processus de décision territoriaux et environnementaux. Sa présentation sera suivie d’un débat avec la salle.

Sites web pour en savoir plus : www.commod.org ; www.lisode.com

Bibliographie :

* ComMod. 2005. La modélisation comme outil d’accompagnement, Natures Sciences Sociétés 13(2):165-168

** Etienne M. 2010. La modélisation d’accompagnement : une démarche participative en appui au développement durable, Quae Editions.

Téléchargez l’affiche du séminaire

Share Button

Colloque « Europe, Etat, fédéralisme » – 3 au 5 octobre 2017

Les mardi 3, mercredi 4 et jeudi 5 octobre 2017, le CRHI organise, en collaboration avec le Laboratoire Hans Kelsen de l’Université de Salerne et avec le soutien de l’Axe 3 de la MSHS Sud-Est, un colloque interdisciplinaire intitulé « Europe, État, fédéralisme ». Le colloque aura lieu dans l’amphi 031 à la MSHS Sud-Est, à Nice.

Téléchargez le programme du colloque.

Share Button

Sport, arts et patrimoine – 9 octobre 2017

Cette journée s’inscrit dans le cadre du projet « Territoires et patrimoine du sport en région PACA (TEPAS PACA) » de l’axe 4 (« Axe 4 : Territoires, systèmes techniques et usages sociaux ») de la MSHS Sud-Est.

Elle se déroulera à Marseille, au Musée d’archéologie méditerranéenne, Vieille Charité.

Téléchargez l’affiche et le programme

Share Button

Journée Joël Swendsen – 15 septembre 2017

La MSHS présente deux conférences autour des travaux en psychologie de Joel Swendsen, directeur de recherche au CNRS (UMR5287). Ses travaux relatifs aux neurosciences intégratives et aux confins de l’épidémiologie permettent d’apprécier les liens étroits dans le domaine de la santé entre psychologie et disciplines connexes.

Ces conférences auront lieu le 15 Septembre 11h-12h, en amphi 031.

Téléchargez l’affiche : JOURNÉE Swendsen 15 sept

Share Button

Après-midi d’information et d’échanges avec la TGIR Huma-Num – 4 juillet 2017

La Maison des Sciences de l’Homme et de la Société Sud-­‐Est et le Service Commun de
Documentation (SCD) de l’Université Nice Sophia Antipolis souhaitent aider à approfondir
la pratique des Humanités Numériques au sein de la communauté scientifique en Sciences
Humaines et Sociales. Dans ce cadre, une collaboration est engagée avec la Très Grande
Infrastructure de Recherche (TGIR) Huma­‐Num.

Les échanges auront lieu en salle 2A46 à St Jean d’Angély 2.

Téléchargez l’affiche de la journée

Share Button

Journée d’études de l’axe 2 – 7 juillet 2017

Un cycle de conférences et de séminaires est proposé par l’axe 2. Pour démarrer, une journée d’études est organisée le 7 juillet de 14h à 17h, en amphi 031 à la MSHS avec les interventions suivantes :

– 14h-15h: Gérald Gaglio (Université De Technologie Troyes): Technologie-Organisation-Innovation : Variations autour d’un triptyque;
– 15h-16h: Catherine Félix (Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG): L’alternance des locuteurs en réunion médicale  : La co-production de la restriction de l’alternance et du phénomène du locuteur principal;
– 16h-17h: Lise Arena (Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG) et Marc Relieu (Télécom ParisTech): ‘Un Tramway, cela n’a pas de warning’: Notes sur l’organisation des services de maintenance et réparation d’un réseau de transport public.

 

Share Button

Tutoriels « Tools for the (cognitive scientist’s) mind – 30 juin 2017

Dans le cadre de l’axe 1, des tutoriels « Tools for the (cognitive scientist’s) mind » seront organisés de 12h à 14h, en amphi 031 à la MSHS.

Télécharger l’affiche

Share Button

Journées thématiques axe 1 et Académie 5 – 17 et 19 mai 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente deux demi-journées
thématiques tournées vers les sciences cognitives, dans le cadre d’une mission de
l’Académie 5 visant le développement du Programme structurant UCA JEDI Systèmes
cognitifs, normalité et pathologie du cerveau humain, neurosciences computationnelles. Ces deux demi-journée des 17 et 19 Mai feront à la fois un état des lieux des perspectives de recherche en sciences cognitives et une présentation du premier projet financé.

Téléchargez l’affiche et le programme

Share Button

Quantum models of cognition – 27 avril 2017

Human cognition displays features that are known to be hard to model within classical frameworks: order effect (the answers given to two questions depend on the ordering of these questions), conjunction fallacy (a conjunction of events is more likely than a single of these events), and disjunction fallacy (an agent is more likely to be part of a subset than of a larger set).

Lieu du séminaire de l’axe 1 : amphi 031 à la MSHS, de 14h à 17h30.

Téléchargez l’affiche et le programme

Share Button

Colloque « Les relations interethniques en France : généalogie d’un champ de recherche et actualité d’une réflexion » – 3 et 4 mai 2017

Avec le soutien de l’axe 3, ce colloque se déroulera à l’occasion du cinquantenaire de la création du CERIN/ IDERIC, en amphi 031, à la MSHS.

Liens vers les textes qui serviront de point de départ aux discussions:
– Michel Oriol : « L’ordre des identités », REMI, décembre 1985, Vol.1, No. 2
http://www.persee.fr/doc/remi_0765-0752_1985_num_1_2_988

– Victor Borgogno  « Le discours populaire sur l’immigration. Un racisme pratique ? », Peuples Méditerranéens, avril-juin 1990, No. 51
https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=uiuo.ark:/13960/t20c68d3j;view=1up;seq=11

– Jean-Pierre Zirotti , « Les enfants d’immigrés à l’école ou la dynamique de l’altérité », Cahiers de la Méditerranée, 1997, Vol. 54, No. 1

http://www.persee.fr/doc/camed_0395-9317_1997_num_54_1_1182

– Paul Wald et Philippe Poutignat, « Français et Sango à Bouar : fonctions marginales du français dans les stratégies interpersonnelles », dans Gabriel Manessy et Paul Wald (coord.), Plurilinguisme : normes, situations, stratégies. Paris, L’Harmattan, 1979

Téléchargez le programme

Téléchargez l’affiche IDERIC

Share Button

6èmes rencontres sur le patrimoine sportif – 27/29 mars 2017

Résumé :

L’étude TEPAS PACA a pour ambition de créer une synergie entre les deux maisons des sciences de l’homme de la région (MSHS Sud-Est et MMSH Aix-en-Provence) dans une perspective scientifique peu explorée de la connaissance du territoire et à fort potentiel en matière de dynamique et d’aménagement du territoire. Les équipes pluridisciplinaires des MSH de Nice et d’Aix entendent porter attention aux territoires et patrimoine du sport en région PACA. Dans le sillage des travaux fondateurs de Christian Bromberger, il s’agit ici de s’interroger sur le rapport dialectique entre sport et territoire : comment l’appropriation de territoires (politique d’équipements sportifs par exemple) détermine des formes de pratiques ? Comment le sport participe de la structuration et de la dynamique des territoires ? TEPAS PACA se donne aussi pour objectif de produire une base données qualifiées et indexées en ligne mise à disposition de la communauté scientifique, des différents acteurs du milieu sportif et de tous ceux en charge de l’aménagement du territoire à différentes échelles.

  1. Contexte général de l’étude et enjeux régionaux

Nul ne peut nier et moins encore ignorer la part croissante tenue par le sport, l’activité physique dans nos sociétés. À la pratique sportive s’ajoute le développement d’une culture spécifique formée de discours et de représentations dont les échos, sous l’effet de la médiatisation, débordent largement les milieux sportifs.

Les sciences sociales prennent la mesure du phénomène depuis plusieurs années et les travaux se sont multipliés dans différentes disciplines, en histoire, géographie, sociologie, anthropologie ou encore sciences politiques. Des chercheurs des établissements universitaires de la région PACA contribuent à cette dynamique sans pour autant disposer dans leurs institutions de rattachement (Maison des Sciences de l’Homme et laboratoires) de groupes de recherches constitués. Ces chercheurs n’ont par ailleurs que rarement l’occasion de mettre en relation leur expertise à l’échelle régionale. Les chercheurs des laboratoires de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (UMR Telemme, UMR Idemec) et de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société Sud-Est (UMR URMIS, UMR LISA, EA LAPCOS, EA GRM) entendent favoriser une mise en réseau à cette échelle régionale, où les terrains de recherches sont nombreux, féconds et encore bien souvent en friche.

La région PACA a en effet représenté depuis le XIXe siècle un espace propice au développement des activités sportives. La croissance économique et l’ouverture sur le monde de Marseille ou de Nice a joué un rôle d’entraînement dont l’ensemble du territoire régional a bénéficié. Marins, négociants, commerçants, employés d’entreprises étrangères ou encore touristes ont diffusé des pratiques sportives pour la plupart nées en Angleterre. Les sports anglais ont pénétré dans l’ensemble de la région et ont pris progressivement le pas sur les jeux traditionnels, moins réglementés et sur la gymnastique, moins ludique.

Pratique élitaire, le sport s’est diffusé à l’ensemble des catégories sociales. Le sport ne se résume toutefois pas à sa pratique qui n’a cessé de se répandre. Son intégration à la culture de masse est passée par le développement de spectacles sportifs, produits et relayés par les médias, qui rassemblent les foules. Il a été aussi enjeu de pouvoir et intervient dans la constitution des identités, notamment territoriales. De fait, certains espaces, en fonction de leur topographie, ont produit des cultures spécifiques tandis que les pratiques sportives, dans leur diversité, ont marqué de leur empreinte le territoire. Le sport se présente donc comme un observatoire privilégié des transformations des territoires urbains et naturels, entre mer et montagne dans la région PACA.

Aujourd’hui, comme par le passé, le développement de structures sportives participe en effet de dynamiques territoriales qui impliquent une pluralité d’acteurs bien au-delà du champ sportif. Alors que l’année 2017, verra Marseille et sa région érigée au rang de capitale européenne du sport, l’heure paraît venue de proposer un programme d’étude dans une perspective scientifique résolument pluridisciplinaire afin de mieux connaître le patrimoine et les territoires du sport en région PACA. Se faisant, il s’agit aussi dans le cadre d’un dialogue avec les différents acteurs impliqués de fournir des pistes de réflexion à tous les acteurs régionaux engagés à promouvoir les pratiques sportives dans le cadre d’une réflexion où se mêlent aux ambitions éducatives et d’intégration sociale, des préoccupations d’aménagement et de préservation du territoire.

  1. Objet de l’étude

L’étude TEPAS PACA s’inscrira tout d’abord dans une approche historique mettant en son centre la question mémorielle. La culture sportive est saturée de références mémorielles et patrimoniales dans tous les milieux sociaux. Depuis les années 1980, la mémoire se présente comme un devoir ; devenant enjeu de concurrences et de rivalités, tandis que le patrimoine, dont l’institutionnalisation débute au XIXe siècle, suscite, en cette fin du XXe siècle, un intérêt croissant au point de s’inscrire au premier rang de la culture de masse contemporaine. L’ethnologue Christian Bromberger de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence est l’un des premiers à avoir engagé une réflexion sur le croisement entre le fait et la culture sportive d’une part et les enjeux mémoriels et patrimoniaux d’autre part[1]. Les Rencontres annuelles sur le Patrimoine sportif et la mémoire du sport organisées par l’université de Nice en lien avec sa MSHS et le Musée National du Sport ont entrepris depuis 2011 d’approfondir cette question tant régionalement qu’à d’autres échelles. Une série de travaux élaborés dans ce cadre ont été publiés sur le site du Musée du Sport[2]. Le patrimoine sportif recouvre : des bâtiments et des équipements, des représentations incluant des œuvres d’art (peintures, affiches, sculptures…), des archives audiovisuelles (photos et films), des objets emblématiques du sport, des textes imprimés et publiés, des témoignages oraux, des savoirs et des savoir-faire… Quelle que soit leur monumentalité ou leur ampleur, leur matérialité ou leur immatérialité, ils sont autant de traces d’un passé qui dure, parfois encore, et qui jalonne les territoires urbains et naturels. À la fois sources et objets d’histoire, ce patrimoine ouvre en effet des perspectives de réflexions sur les enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels sous-tendus par les équipements sportifs tant en milieu urbain que naturel. Le rapport entre l’organisation de grandes compétitions nationales ou internationales et la politique d’équipements sportifs seront particulièrement analysés autant que le lien entre ces équipements et le développement des clubs sportifs. L’implication des pouvoirs publics à différentes échelles administratives sera aussi une des priorités des recherches menées. De fait, l’approche patrimoniale, loin d’être figée dans le passé, permet une meilleure compréhension des enjeux contemporains et des perspectives d’avenir que ne manqueront pas d’éclairer des chercheurs de différentes disciplines en sciences sociales. Il apparaît de ce point de vue très utile de mobiliser l’expertise de chercheurs nationaux et internationaux, afin de tirer les bénéfices d’approches comparatives qui pourront être renforcées par des missions d’études dans des territoires à l’étranger choisis dans l’espace euro-méditerranéen en fonction de traits comparables à ceux que présentent la région PACA.

  1. Phases de l’étude

L’étude TEPAS PACA s’engagera par un travail de recueil documentaire dans les centres d’archives et de documentation de la région (Musée du sport, archives municipales, départementales, régionales, INA, phonothèque de la MMSH…) en vue de la constitution d’un corpus de base à l’analyse. Ce travail se poursuivra tout au long du projet et permettra de produire des données qualifiées en termes d’indexation et de géolocalisation. Photographies, plans, cartes, vidéos, documents d’archives mais aussi contenus éditorialisés par les chercheurs seront proposés dans un ensemble structuré et organisé disponible en ligne à partir du site « connaissance des territoires » au sein de la Cité numérique de la Méditerranée (cinumed.mmsh.univ-aix.fr/). L’enquête sur les équipements sportifs viendra donc enrichir le partenariat entre la MMSH et la Région PACA avec l’apport de la MSHS Sud-Est.

Un cycle de séminaires bi-mensuel organisé conjointement par la MMSH d’Aix-en-Provence et la MSHS à Nice permettra de faire un point régulier sur l’avancement des enquêtes et d’en préciser au fur et à mesure les orientations. En outre, des rencontres plus larges permettront d’exposer les résultats des recherches tout en les confrontant aux acteurs et témoins.

Une première rencontre autour du patrimoine sportif et de la mémoire du sport constituera un temps de réflexion scientifique rassemblant des chercheurs qui dans une perspective pluridisciplinaire viendront présenter et partager le résultat de leurs travaux. Les discussions associeront des professionnels de la culture et du patrimoine, des acteurs du milieu sportif (athlètes, dirigeants, journalistes…) ainsi que des représentants des administrations en charge des questions sportives, d’urbanisation ou d’environnement. Deux soirées s’adresseront à un public plus large dans une perspective de valorisation scientifique.

Deux journées d’études permettront également d’approfondir les thématiques liées au rapport entre sport, éducation et territoires d’une part (À Aix-en-Provence), et sport, territoires et environnement (à Nice).

Ces différentes rencontres seront valorisées par une diffusion vidéo à partir de la plateforme Mediamed (http://mediamed.mmsh.univ-aix.fr )

  1. Calendrier prévisionnel
  • Janvier-juin 2017 : identification, collecte, traitement documentaire, numérisation.
  • Mars 2017 : Rencontres autour du patrimoine sportif et la mémoire du sport (Marseille-Nice)
  • Mai 2017 : Journée d’études « Sport, territoires et environnement » (Nice)
  • Avril-juillet 2017 : missions d’études internationales
  • Octobre 2017 : Journée d’études « sport, éducation et territoires »
  • Décembre 2017 présentation du site « Territoires et patrimoine du sport en région PACA ».
  1. Livrables
  • Site internet « Territoires et patrimoine du sport en région PACA » disponible dans « Connaissance des territoires » (Cinumed).
  • Une chaîne thématique sur MediaMed diffusant les rencontres sur le patrimoine et la mémoire du sport ainsi que les journées d’études.
  • 1 dossier dans la revue Faire Savoir. Sciences Humaines et sociales en région PACA
  • 1 rapport de missions internationales

 

  1. Partenariat 
  • Archives départementales des Alpes-Maritimes
  • Archives départementales du Var
  • Archives départementales des Bouches-du-Rhône
  • Service archives régionales
  • Musée national du Sport (Nice)
  • Délégation régionale Méditerranée de l’Institut national de l’Audiovisuel (INA)
  • UFR STAPS Aix-Marseille Université
  • UFR STAPS Université de Nice Sophia Antipolis
  • Association histoire sport tourisme et patrimoine (HPTS, Nice)

[1] Christian Bromberger « De quoi parlent les sports » in Terrains, n°5, septembre 1995, p. 5-12 et « De la notion de patrimoine sportif », in Cahiers Espaces, n°88, mai 2006, p. 8-12

[2] http://www.museedusport.fr/activites?field_cat_gorie_activit__value=5

  1. Référents et Pilotage de l’étude

Aix-Marseille Université : Stéphane Mourlane, maître de conférences, MMSH-Telemme

Université de Nice Sophia Antipolis : Yvan Gastaut, maître de conférences, MSHS Sud-Est-URMIS

Collaboration : Ressources et édition numériques : Abdelmajid ARRIF, Cité numérique de la Méditerranée, USR 3125-MMSH

Région : Sigolène ANGOT, chef de projet, Service Connaissance prospective et Jean-Baptiste Chabert, chef du Service Connaissance prospective.

6èmes Rencontres sur le patrimoine sportif :Téléchargez l’affiche et le programme

Share Button

Journée d’étude GIS  » Flux, ports, échanges » – 23 mars 2017

Cette journée s’inscrit dans le cadre de l’axe 3 et aura lieu en amphi 031, le 23 mars de 9h à 17h30.

Téléchargez le programme de la journée

Share Button
1 2 3 9