Colloque international « Comparing and Combining Disciplinary Approaches to Migration Issues : The Perspectives of Law and Social Sciences » – 28 au 30 juin 2018

This international conference aims to initiate a dialogue between disciplines in the field of migration studies, by sharing and comparing approaches from sociology, political science and law. Although these disciplines commonly draw on the same concepts, they are often used in different ways or to refer to different phenomena.
The conference is an opportunity to discuss discordances, divergences and similarities
between disciplinary approaches to migration and integration issues.
The objective is not only to critically compare disciplinary perspectives but also to examine whether (and how) they can be combined to create a renewed interdisciplinary approach to these issues.

Ce colloque rattaché à l’axe 3 de la MSHS Sud-Est est financé par l’Académie 5 IDEX.

Dates : 28 juin, de 14h30 à 17h, salle 031; 29 et 30 juin, salle 128 à la MSHS.

Téléchargez le programme du colloque

Téléchargez l’affiche du colloque

Share Button

Journée d’études « Dynamiques des territoires et pratiques collaboratives » – 29 juin 2018

Dans le cadre de l’axe 4, un workshop est organisé par les laboratoires GRM et SIC.Lab, le vendredi 29 juin 2018, en salle plate 031, rez-de-chaussée de la MSHS Sud-Est.

L’entrée est libre mais l’inscription est obligatoire auprès de : sylvie.coly-grenard(at)unice.fr, avant le 25/06/2018.


Résumé :

L’objectif de la journée d’études « Dynamiques des territoires et pratiques collaboratives », initiée conjointement par les laboratoires GRM et SIC.Lab Méditerranée (Université Côte d’Azur), est de penser ensemble les territoires et les politiques de développement dont ils sont l’objet.

Dans un premier temps, une conférence-débat offrira l’opportunité à des chercheurs-invités en sciences du management (Pr. Marc Ingham) et en sciences de l’information et de la communication – SIC (Cyril Masselot), ainsi que des experts-discutants issus du monde socio-économique, d’échanger autour des territoires et des réseaux d’acteurs.

Dans un deuxième temps, des chercheurs en management et en SIC présenteront leurs travaux de recherches autour des trois axes suivants : (Axe 1) Gouvernance et réseaux ; (Axe 2) Identité et valorisation des territoires ; (Axe 3) Gestion de projets territoriaux.


Programme :

8h30 Accueil-café
9h Ouverture du Workshop
9h15-11h00 Conférence-débat « Territoires et réseaux : regards croisés » de chercheurs en présence d’experts-discutants
  Modérateur : Professeur Boualem Aliouat
  Conférenciers :
  Marc INGHAM, Professeur à la Burgundy School of Business, CEREN, Université Bourgogne Franche-Comté, et Research associate au CRECIS (Louvain School of Management – Belgique), Docteur en sciences de gestion. Ses thèmes actuels de recherche portent sur les innovations et le management responsable
  Cyril MASSELOT, Maître de Conférences en SIC, CIMEOS, Université de Bourgogne. Ses recherches et enseignements portent sur les rôles et enjeux de l’information et de la communication dans l’accompagnement des changements sociaux, de la transition socio-écologique et de l’intelligence territoriale. Il coordonne les activités du réseau de recherche INTI (International Network of Territorial Intelligence, http://inti.hypotheses.org/)
  Experts-discutants :
Michel BENAÏM, Architecte urbaniste
  Michel CALLOIS, Chargé d’affaires, Centre Européen d’Entreprises et d’Innovation, Direction du Développement Economique, Métropole Nice Cote d’Azur
  Thomas COTE, Fondateur de Wever
  César IMBERT, responsable GPEC-T & dynamique des réseaux, CCI Nice Côte d’Azur
 
11h-11h30 Pause-café
11h30-13h            Axe 1 – Gouvernance et réseaux

Animé par le Professeur Élisabeth Walliser

  Boualem ALIOUAT (GRM), Effectivité des pôles technologiques
  Amel ATTOUR (GREDEG) et Nathalie LAZARIC (GREDEG), From knowledge to business ecosystems: emergence of an entrepreneurial activity during recombination and replication of knowledge
  Sylvie CHRISTOFLE (ESPACE et GRM) et Catherine PAPETTI (GRM), Evènementiel et numérique : les média sociaux comme outils de pratiques collaboratives au service de l’image d’un territoire
  Franck DEBOS (SIC.Lab), Comment mieux appréhender et satisfaire les attentes des citoyens et des entreprises au sein d’une smart city ? L’importance des démarches de co-conception et d’Open Data
  Vincent LAMBERT (SIC.Lab), Comment normes et informations handicap dans les institutions culturelles modifient le territoire ? Le cas des monuments nationaux
  Paul RASSE (SIC.Lab), Dynamique des réseaux collaboratifs dans la culture
13h – 14h Pause-déjeuner
14h – 15h30 Axe 2 – Identité et valorisation des territoires

Animé par le Professeur Sabrina Loufrani

  Rani DANG (GREDEG), D’une touche de parfum à une gorgée de whisky : un projet d’innovation ancrée sur l’identité et les connaissances d’un territoire
  Anthony HUSSENOT (GREDEG), Travailleurs indépendants et pratiques collaboratives : le rôle du territoire dans l’émergence d’une forme organisationnelle
  Jacques LIOUVILLE (EM Strasbourg), Déterminants de la performance des clusters : la dimension oubliée. Les leçons de l’analyse de l’industrie musicale à Londres
  Véronique PILLET-ANDERLINI (SIC.Lab), Valorisation du territoire et communication, des ressources aux savoir-faire : vers une Cité Européenne du Verre à Biot
 
15h30-16h Pause-café
16h – 17h30 Axe 3 – Gestion de projets territoriaux

Animé par le Professeur Nicolas Pélissier

  Claudine BATAZZI (SIC.Lab), Les territoires entre Économie Collaborative et Économie Sociale et Solidaire
  Sabrina LOUFRANI-FEDIDA (GRM) et Eve SAINT-GERMES (GREDEG), L’engagement des parties prenantes dans une démarche de GRH territoriale : le cas de la GTEC de Sophia Antipolis
  Daniel MOATTI (SIC.Lab), La Commission Locale de Proximité et d’Environnement du port de Nice : les acteurs à la barre d’un outil prévisionnel et d’aide à la gestion métropolitaine
  Christine MORZONE (DDTM), La stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable (SNTEDD) document de référence pour les territoires en construction ; l’axe 8 de la SNTEDD pour un renforcement du dialogue environnemental dans le projet de territoire de l’Éco-Vallée de la plaine du Var.

Téléchargez l’affiche

Share Button

Séminaire « Argent et gestion de la diversité culturelle dans l’offre faite aux clients » – 25 juin 2018

Cette communication s’inscrit dans le cadre du projet « Altérité, circulation et argent » de l’axe 3. Elle aborde la question de l’argent dans la prise en compte de l’offre faite aux clients multiculturels.

D’un point de vue managérial (stratégie et marketing), il s’agit de comprendre les différences culturelles en termes de consommation et la place de l’argent dans un contexte multiculturel (cas de l’aéroport).

D’un point de vue historique, le séminaire s’intéressera aux flux financiers dans l’Etat de Milan à l’époque moderne (16°-18° siècles) : la nécessité de l’endettement public, la circulation financière à la fois publique et privée de l’argent et le rôle joué par celle-ci dans le renforcement des pouvoirs politiques et sociaux de l’époque (nobles, financiers, Eglise).

Lieu : salle 031 – MSHS

Date et horaire : lundi 25 juin – 9h à 12h


PROGRAMME :

9h15 : accueil

9h30 : Présentations des thématiques pluridisciplinaires autour du sujet
Thierry LONG (LAPCOS), Mantiaba COULIBALY-BALLET (GRM) et Anne BROGINI (CMMC)

9h45 : « Gestion de la diversité culturelle dans l’offre faite aux clients : cas de l’aéroport » : Mantiaba COULIBALY-BALLET (GRM); Victor MEJA (GRM); Philippe LUU (GRM); Djamila ELIDRISSI (GRM)

10h15 : pause-café

10h45 : « L’argent et la guerre. Finance publique, nobles, œuvres pieuses au cœur des frais militaires du Milanais (XVI°-XVIII° siècles) » : Massimo DI STEFANO (CMMC)

11h15-11h45 : retour d’expériences –  débat

Téléchargez l’affiche

Share Button

Journée d’études « Makers : des tiers-lieux en débat » – 28 juin 2018

Le jeudi 28 juin, de 9h à 17h, l’axe 2 organise une journée dans le cadre du PEPS Learn and Make, financé par la Mission pour l’Interdisciplinarité du CNRS et le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme.

Lieu : MSHS – salle 128/129 – 1er étage du bâtiment recherche.


PROGRAMME :

9h-9h15 : Introduction. Emmanuel Kessous (coordinateur, GREDEG)

9h15-10h : Faire et être ensemble: repenser l’organisation à l’âge des makers.
Anthony Hussenot (Science de Gestion, GREDEG)

10h-10H45 : Makers et espaces collaboratifs en ligne : fonctions, usages et partage. Myriam Lewkowicz (Informatique UTT- TECH- CICO), Hassan Atifi (Science de l’information et de la communication, UTT- TECH- CICO), Jean-Pierre Cahier (Informatique, UTT- TECH- CICO), Matthieu Tixier (Informatique, UTT- TECH- CICO)

10h45-11h Pause

11h-11h45 : Agriculture 3.0 : quand makers, agriculteurs et changement climatique se rencontrent. Aura Parmentier (Science de gestion, GREDEG)

11h45-12h30 : Le droit de « faire » ses semences. Sarah Vanuxem (juriste, GREDEG)

12h30-14h : déjeuner

14h-14h45 : Makers et renouvellement du Do It Yourself : entre régime d’engagement et restauration d’espaces d’autonomie ? Yannick Rumpala (Science politique, ERMES)

14h45-15h30 : Des lieux de valeurs. Une analyse axiologique de la structuration sociale, institutionnelle et matérielle des « labs » dans le Sud de la France. Manuel Boutet, Gerald Gaglio, Emmanuel Kessous (sociologues, GREDEG)

15H30-16h15 : « Fork-me ! Se différencier pour mieux coopérer ». Manuel Boutet (GREDEG), Aurélien Benel (UTT – Tech-CICO, Informatique)

16h15-16h30 : Conclusion

Share Button

Conférence « Un esprit sain pour un corps sain, et vice versa : Etudes scientifiques des effets de thérapies non conventionnelles » – 21 juin 2018

L’axe 1 vous propose une conférence intitulée : « Un esprit sain pour un corps sain, et vice
versa : Etudes scientifiques des effets de thérapies non conventionnelles ».

Elle sera présentée et animée par Alice GUYON, directrice de recherche au CNRS.

Date : 21 juin, de 12h30 à 13h30

Lieu : salle plate 031, MSHS

Téléchargez l’affiche

Share Button

« Modèles urbains : utopies, diffusion, matérialité » – 7 et 8 juin 2018

L’axe 3, dans le cadre du projet « Modèles urbains en Méditerranée et ailleurs », vous proposent deux journées d’études le jeudi 7 et vendredi 8 juin, en salle 418 (4ème étage) à la MSHS.


Programme :

Jeudi 7 juin

14h : Accueil

14h30-15h00 : Introduction, Ricardo Gonzalez Villaescusa (UCA, CEPAM)

15h00-15h30 : Modèles et utopies urbaines de l’antiquité romaine, Ricardo Gonzalez Villaescusa (UCA, CEPAM)

Pause café

16h00-16h30 : Le lexique latin de la ville : hiérarchie territoriale, hiérarchie politique, hiérarchie structurelle ? , Michel Tarpin (Université de Grenoble)

16h30-17h00 : Urbanisme communal et urbanisme princier dans l’Italie de la fin du Moyen Age (XIIIe-XVe s) ; des modèles concurrents ? , Philippe Jansen (UCA, CEPAM)

17h00-18h00 : questions et discussion


Vendredi 8 juin

9h00 Accueil

9h15-9h45 : Utopies et villes militaires : l’évolution des constructions urbaines aux XVIe-XVIIe siècles, Anne Brogini (UCA, CMMC)

9h45-10h15 : Le modèle urbain turinois à Nice, Giovanni Fusco (UCA, ESPACE)

Pause café

10h45-11h15 : De la règle au modèle et vice versa en matière de ville et d’urbanisme, Giuseppe Las Casas (Università della Basilicata)

11h15-11h45 : Le modèle de la ville nouvelle française à Cergy Pontoise, Fabrice Decoupigny (UCA, ESPACE)

11h45-12h30 : questions et discussion

Téléchargez l’affiche

Share Button

Rencontre « Technologies de conversation en temps-réel pour l’accompagnement et la réflexion » – 7 juin 2018

L’axe 1 « sciences cognitives et computation » organise une rencontre avec Olivier MALAFRONTE, fondateur et directeur technique de Nikita Lukianets, le jeudi 7 juin 2018, de 12h15 à 13h15, salle 009 à la MSHS.

L’objectif de cette rencontre est de présenter PocketConfidant AI, la première Intelligence Artificielle de conversation de coaching en temps-réel permettant le questionnement et la reformulation chez l’individu afin de créer des moments d’expression, de réflexion, et des prises de recul facilitant l’émergence de nouveaux comportements.

Téléchargez l’affiche

 

Share Button

Séminaire « Le sabar transnational, au-delà du noir et blanc ? Appropriations, transactions et émotions dans la diffusion du sabar en Europe » – 7 juin 2018

L’axe 3 de la MSHS Sud-Est, dans le cadre de son projet « Circulations transnationales et blocages des pratiques culturelles », propose un séminaire intitulé : « Le sabar transnational, au-delà du noir et blanc ? Appropriations, transactions et émotions dans la diffusion du sabar en Europe ».

Intervenante : Alice ATERIANUS-OWANGA (Université de Lausanne)


Résumé :

Le terme sabar désigne à la fois un instrument de musique, un événement festif, et un répertoire de danses, présents chez l’ethnie wolof et lébou du Sénégal (Penna Diaw 2005, Tang 2008, Dessertine 2010). Danse de cercle pratiquée autrefois essentiellement par les femmes, le sabar a connu de nombreuses évolutions dans les dernières décennies : d’une part à l’intérieur du Sénégal par le biais des mises en spectacles sur les scènes de ballet contemporains (Neveu-Kringelbach 2013), qui a amené à ce qu’elle soit aujourd’hui pratiquée de plus en plus par des groupes mixtes, et mélangée avec d’autres genres musicaux ; d’autre part au travers des migrations et des mobilités des danseurs qui la diffusent au-devant du monde, auprès d’un public de plus en plus nombreux d’adeptes de sabar (Ross 2008 ; Bizas 2014). A l’intérieur du marché des « danses africaines » (Lassibille, 2009), un réseau transnational de « sabaristes » réunit des danseurs, des musiciens et des élèves circulant entre différentes villes d’Europe et d’Afrique, pour partager des moments d’interaction musicale et dansée.

A partir de l’examen du processus (en cours) de diffusion transnationale d’une forme musicale et dansée, le sabar, cette communication examinera comment l’adoption et la transmission d’un répertoire hors de ses frontières initiales peut également être significatif de résistance aux relocalisations, et constituer un support d’affirmations de « traditions », de frontières et d’identités nationales déterritorialisées. Cette présentation se basera sur une ethnographie intensive et multisituée des réseaux de diffusion des danses africaines et du sabar plus particulièrement, entre différentes villes du continent européen (en Suisse romande et en France) et du Sénégal.

Share Button

Colloque international « Côté jardin : histoire(s) et représentations des jardins de la Méditerranée » 10 mai et 14 juin 2018

L’Université Nice Sophia Antipolis, membre d’UCA, et l’Université de Gênes ont le plaisir d’annoncer la tenue d’un premier colloque international et pluridisciplinaire consacré à l’histoire et aux représentations, dans la littérature, la philosophie et les arts, des jardins de la Méditerranée. Ce colloque s’inscrit dans la programmation de l’axe 5  » Histoire des idées, des pratiques et des sciences ».

Cet évènement, en deux volets, se déroulera le 10 mai et le 14 juin, de 9h30 à 18h30, aux Jardins Hanbury, situés à La Mortola, près de la ville de Vintimille (Italie) (http://www.giardinihanbury.com).

Téléchargez le programme

Téléchargez l’affiche

Contact : francesca-irene.sensini(at) unice.fr

PROGRAMME DU 10 MAI 2018
09h00 : Ouverture des travaux. Salutations des autorités
09h30 – 10h00 : Anne-Marie TELESINSKI, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (CERLIM-LECEMO) : « Le jardin des villas vénitiennes entre l’idéal de la Renaissance et l’Orient »
10h30 – 11h00 : Sara RULLI, MiBACT – Palazzo Reale di Genova : « Le “villeggiature albisolesi” nei componimenti degli Arcadi Sabazi: le ville e i giardini dei dogi Francesco Maria della Rovere e Marcellino Durazzo »
11h00 : Pause Café
11h30 – 12h00 : Francesca BIANCO, Università degli Studi di Padova : « Amor giardiniere : Cesarotti e il giardino metaforico nella Padova di fi ne Settecento »
12h00 – 12h30 : Stefano PIFFERI, Università degli Studi della Tuscia : « Il giardino d’Italia. Le scorribande utopiche e pre-unitarie di Cesare Malpica nel sud d’Italia »
12h30 : Débat
13h00 – 14h30 : Déjeuner (Loggia extérieure, premier étage)
14h30 – 15h00 : Simone TURCO, Università degli Studi di Genova : « The languid enjoyment of the day-dream that they call life ». Giardini e spazi incolti tra estetica, rêverie e vita nel soggiorno romano di Nathaniel Hawthorne »
15h00 – 15h30 : Bénédicte PERCHERON, Université de Rouen : « Les naturalistes français et les jardins italiens au XIXe siècle »
15h30 : Pause Café
16h00 – 16h30 : Agnès DU VACHAT, École Nationale Supérieure de Paysage (Versailles)
« Jardins d’Italie et de Méditerranée : aux sources de l’esthétique du jardin moderne chez Ferdinand Bac »
16h30 – 17h00 : Luca BOCHICCHIO, Università degli Studi di Genova : « Le Jardin d’Albisola : Asger Jorn e il giardino della diversità, tra cosmogonia nordica e aperture mediterranee »
17h00 : Débat
17h30 : Clôture des travaux
Share Button

Colloque international « Enjeux Philosophiques du Droit Coutumier » – 14, 15 et 16 mai 2018

Dans le cadre de l’axe 5 de la MSHS Sud-Est « Histoire des idées, des pratiques et des sciences », un colloque international « Enjeux philosophiques du droit coutumier » se déroulera du 14 au 16 mai prochain.

Il est organisé par :

  • le Centre de Recherche en Histoire des Idées (CRHI);
  • le Département de Philosophie de l’Université Nice Sophia Antipolis;
  • le Centre de Théorie et Analyse du Droit (CTAD – Université Paris Nanterre);
  • le Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales (LAPCOS).

 


PRESENTATION

Ce colloque entend rassembler un large éventail de contributions, toutes centrées autour des questions proprement philosophiques que le droit coutumier pose. Loin de considérer l’expression de « droit coutumier » comme une évidence, il s’agira de relever et, autant que possible, de résoudre les tensions que crée la juxtaposition de deux formes de régulation du social aussi proches que lointaines : le droit et la coutume.


PROGRAMME

Lundi 14 mai

12h45 : accueil des participants et introduction

The ontology of customary law / L’ontologie du droit coutumier

13h15 – Christoph Kletzer (Professor, King’s College) : The Germ of Law

13h45 – Corrado Roversi (Lecturer in Legal Philosophy, University of Bologna, School of Law) : the Ontology of Custom

Discussion

14h30 – Piero Mattei-Gentili (PhD Student, University of Girona) : A Behavioral Account for the Opinio Iuris in Customary Law

15h – Olimpia Loddo (Postdoctoral fellow, University of Cagliari) : Hidden structures of company customs

15h30 – discussion puis pause

Customary law, property, space / Droit coutumier, propriété, espace

16h – Pierre Thévenin (Post-doctorant, ERC de l’École de Droit de Sciences-Po) : Ex iure factum oritur? A genealogy of customs as « normative facts »

16h30 – Eva Weiler (PhD candidate, Duisburg-Essen) : Legal pluralism : Sources of law, democratic legitimacy and « legal externalities »

17h – discussion puis pause

17h30 – Marc Goetzmann (PhD candidate, University of Nice Sophia Antipolis) : Customary law, anarchic orders and property rights

18h – Marie Mellac (MCF, Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages CNRS) : régimes juridiques et structuration de l’espace

18h30 – discussion et fin de la journée

19h – cocktail dînatoire jusqu’à 20h30

Mardi 15 mai

Custom, « below » customary law ? / La coutume, « en-deçà » du droit coutumier ?

9h30 – Jean-Pierre Jacob (Professeur honoraire, Institut des Hautes Études Internationales et du Développement de Genève) : « La loi du bas », approche anthropologique de la coutume et des coutumes foncières

10h – Jean-Louis Halpérin (PR de droit à l’ENS-Ulm, directeur du CTAD) : droit coutumier et droit oral, une impossible équation ?

10h30 – Ugo Bellagamba (MCF, ERMES) : L’incertitude de la coutume : approches anthropologique et juridique

11h – discussion puis pause

11h30 – Samuel Benisty (MCF de droit, Université Paris Est) : coutume et norme sociale

12h – Patricia Rrapi (MCF, Université de Nanterre) : l’élément psychologique de la coutume dans la littérature

12h30 : discussion puis déjeuner

The realms of customary law / Les domaines du droit coutumier                     

14h – Jana Novakova (PhD candidate in Legal Theory (Masaryk University in Brno) : Constitutional conventions : binding sources of law or just unenforceable political practice?

14h30 – Lorenzo Gradoni (Professor, Senior Research Fellow, Max Planck Institute in Luxembourg) : The Strange Case of International Custom: Customary International Law in Comparative Perspective

15h – pause

15h15 – Eleonora Bottini (MCF, Paris 1) : Constitutional customary law and sanction : an antinomy ?

15h45 – Émilie Rebsomen (Doctorante en Droit International Public, Université Aix-Marseille) : L’incarnation de la coutume internationale en droit des migrations : des règles non autonomes liées au changement social

16h15 – discussion

Understanding custom through its history / Comprendre la coutume au regard de son histoire (1)

16h45 – Robert Carvais (DR CNRS au CTAD) : Pourquoi les architectes ont-ils adopté seulement la coutume comme savoir régulateur de leur profession à l’époque moderne ?

17h15 – Cornelis in ‘t Veld (PhD candidate, Vrije Universiteit Brussel) : Conservatism among Merchants: the Influence of the French Revolution on the Ideas about Mercantile Customary Law in the Netherlands

17h45 – Arnaud Paturet (DR CNRS au CTAD) : la place de la coutume dans le droit romain

18h15 – discussion puis fin de la journée

Mercredi 16 mai

Custom, the Law and the State / La coutume, le droit, l’État

9h – Valentina Fusari (Adjunct Professor in Population, Development and Migration – University of Pavia) et Nicola Camilleri (PhD, Independent Researcher) : Ruling With(out) the Customary Law, the Case of Eritrea

9h30 – Emmanuel Pannier (Chargé de recherches IRD-MNHN) : Foncier et irrigation dans les zones montagneuses du nord du Vietnam : diversité des régimes de régulation sociale entre le juridique et le coutumier

10h – Catherine Baroin (Equipe Archéologie Préhistorique de l’UMR 7041 du CNRS, Nanterre) : Un droit coutumier consigné par écrit, face au droit étatique : le cas des Rwa de Tanzanie

10h30 – discussion puis pause

11h – Manon Altwegg-Boussac (Prof., ULCO) : La coutume constitutionnelle selon les cultures juridiques : variation de sens et de représentations

Réflexions sur le droit coutumier kanak / Studies on kanak customary law

11h30 – Oona Le Meur (Doctorante, École de droit ScPo) : Coutume, droit et changement social en Nouvelle-Calédonie

12h – pause

12h15 – Étienne Cornut (MCF droit privé, Université de Nouvelle Calédonie) : La fabrique du droit coutumier kanak. Aux sources d’un droit de l’endroit coutumier

12h45 – Pierre-Yves Le Meur (Directeur de recherche IRD Nouvelle Calédonie) : Preuves et épreuves, la construction du foncier coutumier en Nouvelle-Calédonie

13h15 – discussion puis déjeuner

Understanding custom through its history / Comprendre la coutume au regard de son histoire (2)

14h30 – Naveen Kanalu (PhD candidate, University of California) : Before « custom » : Roman Jurisprudence and British ideas of Instituted Laws in Colonial India.

15h – Luke Mason (Senior Lecturer, Saint-Mary’s University) : The legal constitution of custom : What the history of the idea of labour law teaches us about how lawyers should understand custom-like practices

15h30 – ‘Ada Acovitsioti-Hameau, Anthropologue (ASER du Centre-Var) et Philippe Hameau, Anthropologue (LAPCOS, Université Côte d’Azur) : Propriété des terres, statuts des espaces et limites des territoires : accords et conflits, exemples provençaux de l’Ancien Régime à nos jours

16h – discussion finale puis conclusion du colloque


CONTACTS
mgoetzmann(at)unice.fr
edoardo.frezet(at)gmail.com

Share Button

Conférence « Sources of numerical knowledge » – 9 février 2018

La conférence se déroulera de 12h à 13h, en salle 128, à la MSHS.

Résumé :

Professional mathematicians often evoke mental images, situated in space and time, when describing their thought process. In line with these reports, cognitive science has provided evidence that non-verbal representations are critically involved in mathematical thinking, in mathematicians as well as in the general population (Amalric & Dehaene, 2016; Dehaene, 2011; Dehaene, Bossini, & Giraux, 1993; Monti, Parsons, & Osherson, 2012; Varley et al., 2005).

Such non-verbal representations provide foundations to mathematics: they support learning in children, and they perhaps also entered into the genesis of mathematical concepts. To search for the origins of mathematical knowledge, this field has been studying various populations: non-human animals, as well as humans of various cultural
backgrounds and ages, focusing particularly on people who have not (yet) received education in mathematics. In these populations, representations with mathematical content have been tested in the following two senses:
– Representations encoding properties that have been formalized in mathematics (numerousness, shape…); and encoding these properties in an abstract way, i.e. independently from other properties that are not relevant in mathematics (size of objects, material…).
– Representations supporting inferences in line with the laws and theorems of mathematics. In this conference, Véronique Izard (Laboratoire Psychologie de la Perception – UMR 8242) will mostly focus about our knowledge of numbers. She will first review findings providing evidence that numerical content is present in our Core Cognition – a set of cognitive systems that constitute infants’ first cognitive abilities, and then remain active throughout lifetime. Second, while core intuitions capture some properties of numbers, other aspects go beyond their representational power: in particular, children are not initially endowed with resources to discriminate between exact large numbers. In the second part of the talk, she will present two studies where we investigated the development of Integer concepts, by probing children’s understanding of fundamental properties that have served to ground mathematical formalization of Integers. The first study focuses on the relation of numerical equality, and how it is instantiated by one-one correspondence (Hume’s principle, grounding settheoretical formalizations of number). The
second study probes children’s understanding of structural properties highlighted by Peano-Dedekind axioms: the fact that the list of all Integers can be generated by iterating a successor function, and the fact that the Integer list does not loop back on itself. Time permitting, she may also talk about the cognitive foundations for geometry.

Share Button

Séminaire « The issue of sequential and parallel processing in language production: Insights from neurophysiological data » – 25 janvier 2018

La conférence se déroulera de 10h à 11h, en amphi 031, à la MSHS.

Résumé :

The stages involved in mental information processing can be distinguished on the basis of various criteria, including the timing with which they operate. There, a primary distinction has been made between sequential and parallel architectures. Donders’s (1868/1969) influential hypothesis and its variants postulate that cognitive stages can operate
sequentially, that is, without temporal overlap.

An alternative view postulates parallel (i.e. concurrent) processing across cognitive stages (McClelland, 1979).The contrast between sequential and parallel processing has played a major role in organising discussions of language production theories. The relatively recent adoption of neurophysiological measures (EEG, MEG) to study language and speech
production held the promise of providing new insights on this issue. These recordings boast millisecond temporal resolution, and thus could provide a window on the processing
steps between stimulus and response. In this conference, F.-Xavier Alario (Laboratoire de Psychologie Cognitive, Aix-Marseille Université et CNRS) will present a review of the literature that used MEG to investigate word production (Munding et al. 2016), and a study based on intracerebral data (Dubarry et al., 2017). Both invite careful conclusions about
the distinction between sequential and parallel processing in language production.

References
Dubarry, A. S. et al. (2017). Estimating Parallel
Processing in a Language Task Using Single-
Trial Intracerebral Electroencephalography.
Psychological Science, 28(4), 414-426.
Donders, F. C. (1969). On the speed of mental
processes (W. G. Koster, Trans.). Acta Psychologica,
30, 412–431. doi:
10.1016/0001-6918(69)90065-1 (Original work
published 1868)
McClelland, J. L. (1979). On the time relations of
mental pro- cesses: An examination of systems of
processes in cascade. Psychological Review, 86, 287–
330. doi:10.1037/0033-295X .86.4.287
Munding, D., et al. (2015). On the cortical
dynamics of word production: A review of the
MEG evidence. Language, Cognition and
Neuroscience, 31, 441– 462. doi:
10.1080/23273798.2015.1071857

Share Button

« L’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap : enjeux et perspectives » – 4 décembre 2017

Ce séminaire se déroulera en salle 009, au rez-de-chaussée de la MSHS.

Conférencière : Mai-Anh Ngo – Docteur et HDR en droit privé – Ingénieur de recherche Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG, France

Rapporteur : Philippe Renevier, Maître de conférence au laboratoire Informatique Signaux et Système de Sophia-Antipolis (I3S/CNRS UMR 7271)

Résumé :

La déclaration des Nations Unies portant sur le rôle des Technologies de l’Information et de la Communication pour les personnes handicapées dispose que « les avancées scientifiques et technologiques expressément conçues pour les personnes handicapées, (….), devraient leur permettre d’exercer pleinement leurs droits et libertés fondamentales dans toute la mesure du possible ». La force de cette affirmation montre à quel point la question de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap est une problématique centrale, notamment dans la perspective des droits fondamentaux. Les spécificités des nouvelles technologies de l’information et de la communication nécessitent toutefois de penser et d’adapter l’accessibilité à ce domaine particulier.

L’Union européenne, à l’instar du droit international, consciente de l’importance de ce sujet, est à l’origine ces dernières années de différents textes susceptibles de faire évoluer cette thématique. Ce développement sans précédent de l’encadrement légal de la question de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication mérite que l’on s’y attarde pour mesurer sa portée réelle.

L’analyse des directives adoptées ou en cours de discussion laisse apparaître des principes communs. Tout d’abord une première ligne directrice commune, très novatrice, réside dans le fait de traiter la question de l’accessibilité comme une exigence essentielle qui doit être prise en compte par le marché. Ensuite, la seconde ligne directrice commune, est représentée par la diminution du champ d’application de tous ces textes, d’une part, sous les pressions de divers groupes d’intérêts, mais aussi d’autre part, de façon plus prospective, par la mise en application des clauses de sauvegarde textuellement envisagées. Enfin, pour l’ensemble de ces textes, la question du contrôle de leur mise en œuvre semble perfectible.

Ces analyses menées sur le plan juridique révèlent, une véritable potentialité d’autonomie pour les personnes en situation de handicap dans la société de l’information et de la communication, cependant l’étude des textes met en lumière des insuffisances importantes.

Pour mesurer l’efficacité réelle de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap, il convient de comprendre par une étude pluridisciplinaire, voire transdisciplinaire, quelles sont les effets dans le quotidien de ces directives et propositions de directives.

Share Button

Nathalie HEINICH : Une approche sociologique des valeurs – 14 décembre 2017

La conférence se déroulera en amphi 031 à la MSHS, à partir de 14h30.

Résumé:

Le monde est-il régi par des valeurs ? Ces dernières changent-elles au cours du temps ? Et finalement qu’est-ce qu’une valeur ? Nathalie Heinich tente de répondre à ces questions par une sociologie axiologique qui s’attache à ce que sont les valeurs pour les acteurs : comment ils évaluent, opinent, pétitionnent, expertisent ; comment ils attribuent de «la» valeur, en un premier sens, par le prix, le jugement ou l’attachement ; comment les différents objets valorisés (choses, personnes, actions, états du monde) deviennent des «valeurs» en un deuxième sens (la paix, le travail, la famille) ; et comment ces processus d’attribution de valeur reposent sur des «valeurs» en un troisième sens, c’est-à-dire des principes largement partagés (la vérité, la bonté, la beauté), mais diversement mis en œuvre en fonction des sujets qui évaluent, des objets évalués et des contextes de l’évaluation.

Le thème des valeurs, par essence transdisciplinaire, est au cœur du projet de l’axe 2 sur les communautés numériques. La discussion sera introduite par un sociologue (Manuel Boutet), Un économiste (Richard Arena) et une philosophe (Carole Talon-Hugon) tous trois membres de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Share Button

Conférence « Le paradoxe de l’âge : De l’effet de positivité à la régulation émotionnelle » – 8 décembre 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente une conférence de Sandrine Vieillard (Laboratoire CHArt – UPON EA 4004 -Cognitions Humaine et Artificielle – Université Paris Nanterre). Dans le domaine du vieillissement normal, il existe aujourd’hui un engouement pour ce que l’on appelle communément l’effet de positivité. Ce concept, longtemps demeuré flou, est aujourd’hui défini comme la tendance des aînés par rapport aux jeunes adultes à traiter de manière privilégiée l’information positive sur l’information négative dans des tâches attentionnelles et mnésiques. Ce phénomène empirique a conduit certains chercheurs à considérer que l’effet de positivité était la manifestation d’une meilleure disposition à réguler les émotions avec l’avancée en âge. Cette idée selon
laquelle le vieillissement serait associé au développement de compétences tournées vers la recherche d’un biais favorable par lequel on peut voir toute chose est progressivement venue remplacer celle, plus privative, de la vieillesse. Cette représentation positive
du vieillissement participe à promouvoir la notion de « bien vieillir » devenu un enjeu social et politique majeur dans nos sociétés occidentales. Toutefois, elle n’est pas sans poser quelques questionnements du fait de son caractère contre-intuitif au regard de la réalité du vieillissement cognitif normal.
Ces questions seront abordées à travers la présentation de ses travaux expérimentaux (e.g., mesures comportementales, psychophysiologiques, oculomotrices) dont le double objectif était de tester la robustesse de l’effet de positivité et de contribuer au développement récent des études relatives à l’effet du vieillissement sur les capacités de
régulation émotionnelle. Cette présentation sera l’occasion de présenter ses nouveaux intérêts de recherche relatifs à l’effet de l’âge sur l’inscription corporelle des processus
cognitifs et d’aborder, dans le champ du langage, la manière dont les concepts abstraits, envisagés du point de vue de la perspective embodiment, sont susceptibles d’évoluer avec
l’avancée en âge.

La conférence aura lieu en salle 128 à la MSHS, de 12h à 13h.

Share Button

Conférence « Neurocognitive functions involved in the regulation of effort during endurance exercise: A dual-model perspective » – 7 décembre 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente une conférence de Rémi Radel (Laboratoire Motricité Humaine, Éducation, Sport, Santé LAMHESS EA 6312 -UCA).
Abstract. The regulation of effort during prolonged physical tasks not only has great importance in the performance of professional athletes, but also in everyday activities of all individuals. The problem can be assimilated to a trade-off between the costs and benefits of effort exertion, in which peripheral signals of fatigue, pain and energy consumption have to be compared to the values, the motives, and the utility of the task.
The objective of this communication is to provide a theoretical proposition of how these different types of information are integrated in the brain to regulate physical effort. In other words, a model will be proposed to identify the cognitive functions and brain regions/networks involved in this regulatory process. Specifically, a dual model is proposed in which effort would be constantly regulated in an automatic fashion at a subcortical level
but could also be sporadically regulated in a top-down manner by a controlled route when the automatic response is considered as inappropriate. Such conflicts may arise because it is presumed that each regulatory route considers different types of information, with rather unconscious information for the automatic route (e.g., peripheral afferent feedback, unconscious reward) and conscious information for the controlled route (e.g., subjective
feelings, task expectations, conscious rewards). The detection of conflict by a supervisory system would require cognitive resources by relying on effortful fronto-executive functions
such as sustained attention and inhibition. This framework therefore implies that while some conditions are favorable to a bottom-up regulation of effort, others are rather favorable to a top-down regulation of effort depending on the availability of frontoexecutive resources. In consequence, the different types of information may not always have the same impact on physical effort. This talk reviews the evidence for this model and also present preliminary data testing this model.

La conférence aura lieu de 12h à 13h.

Share Button

Conférence « Phénoménologie du signe : fondements neurophysiologiques et enjeux épistémologiques » – 24 novembre 2017

David Piotrowski est Chargé de Recherche à l’Institut Marcel Mauss de l’EHESS et rattaché au LIAS (Linguistique, Anthropologie, Sociolinguistique) UMR 8178 CNRS. Si la question du signe occupe de fait une place privilégiée dans l’analyse phénoménologique (cf. 1° Recherche Logique de Husserl), c’est de droit que, inversement, la question phénoménologique relève de l’interrogation sémiolinguistique – simplement parce qu’il
revient à tout savoir empirique de déterminer clairement la forme et le périmètre des phénomènes de son ressort. L’examen des « formes de l’apparaître » sémiolinguistique est donc partie prenante d’une réflexion sur la constitution d’un savoir sémiolinguistique, et plus particulièrement sur le caractère empirique d’un tel savoir. Se situant à la croisée de ces différentes interrogations (épistémologique, théorique, empirique, phénoménologique), on traitera du cas particulier de la théorie saussurienne du signe. Après un bref rappel des
principales étapes de construction d’une « morphodynamique du signe », comme
accomplissement mathématique des conceptions saussuriennes, on montrera que ce modèle possède une signification phénoménologique en ce qu’il restitue et affine fonctionnellement le système husserlien des strates de conscience verbale. S’agissant alors de fonder empiriquement une telle phénoménologie du signe, on se propose de montrer, d’une part, que les circonstances de génération du potentiel EEG évoqué « N400 » confortent une description intentionnaliste du fait sémiotique, et, d’autre part, que le système des strates de conscience verbale que décline la morphodynamique du signe se
trouve conforté par les observations de ce même potentiel évoqué. Il reste que la sémiolinguistique semblerait alors disposer de deux référentiels empiriques, calibrant, chacun suivant son ordre propre, les observables d’une seule et même science. L’un étant donc celui d’une phénoménologie, et l’autre celui des neurosciences. Si ces deux référentiels étaient mutuellement irréductibles, la situation serait intenable. Pour dépasser
cette obstruction, David Piotrowski montrera que dans une perspective structurale morphodynamique, la pratique des signes, leurs engagements effectifs dans l’accomplissement d’actes d’expression ou de communication − dont une science sémiolinguistique exposerait donc les principes et les modalités − incorporent le moment et conditionnent la forme de leur advenue. Autrement dit encore, la morphogenèse du signe se découvre inséparable des schémas normatifs sur lesquels se règlent les pratiques
sémiolinguistiques, et ceci à double titre : d’abord en ce que ces schémas sont le corrélat empirique et fonctionnel d’une stabilisation des signes, et ensuite, dualement, en ce qu’ils constituent le référentiel des ajustements et des innovations dont une parole vivante est toujours en quête. Les travaux de David Piotrowski se situent au croisement de la linguistique structurale, des modèles morphodynamiques, de la phénoménologie et de l’épistémologie. Ses principaux ouvrages sont Dynamiques et structures en langue, 1997; L’hypertextualité ou la pratique formelle du sens, 2004; Phénoménalité et objectivité linguistiques, 2009; Morphogenesis of the sign, 2017.

La conférence se déroulera en salle 420, de 12h à13h, au 4ème étage de la MSHS.

Inscription obligatoire auprès de sylvie.grenard(at)unice.fr

 

Share Button

Accès aux services d’Huma-Num

La TGIR Huma-Num propose un ensemble d’outils et de services (stockage, traitement, diffusion, signalement, exposition, préparation d’archivage) pour les données numériques produites en SHS. Ils sont proposés gratuitement à tout projet de recherche collectif en SHS manipulant des données.

Afin de les faire connaître et d’en faciliter l’accès, la MSHS s’associe à la Bibliothèque Universitaire de l’UNS pour mettre en place un correspondant local d’Huma-Num.

Ce service est accessible aux chercheurs des unités membres de la MSHS, et plus largement aux chercheurs en SHS de l’UNS, et aux chercheurs SHS des membres d’UCA (pour des projets financés par UCA).

Les demandes d’information et d’accès aux services d’Huma-Num sont à adresser à Mathieu Saby (mathieu.saby(at)unice.fr).

Correspondant Huma-Num pour la MSHS et l’UNS

(collaboration MSHS / Bibliothèque universitaire de l’UNS)
Mathieu SABY – 04 92 07 60 16 –  Mathieu.Saby (at)unice.fr

Share Button

Séminaire « ComMod : la modélisation comme outil d’accompagnement » – 19 octobre 2017

ComMod

Horaire : 10h30 – 12h en amphi 031 à la MSHS (Bâtiment recherche).

Dans le cadre de l’axe 4 de la MSHS Sud-Est (« Territoires, systèmes techniques et usages sociaux ») et du projet INTREPID (INdicateurs TeRritoriaux pour les Espaces Protégés : Itinérance et Développement durable) bénéficiant du soutien de l’Académie 5 de l’IDEX UCA JEDI, nous vous invitons à participer au séminaire « ComMod : la modélisation comme outil d’accompagnement » animé par Elsa LETEURTRE. Ce séminaire est ouvert à tous les membres d’UCA, mais l’inscription est obligatoire avant le 13/10/2017 auprès de Jean-Charles Briquet-Laugier (briquet@unice.fr).

Présentation du séminaire :

Un groupe de chercheurs et d’enseignants-chercheurs du CIRAD, du CNRS, de l’INRA, de l’IRD, de l’IRSTEA, d’Universités françaises et étrangères a mis au point et a formalisé dans une charte spécifique*, puis dans un ouvrage**, une nouvelle façon d’aborder la modélisation en appui à des processus de décision collective concernant la gestion durable des ressources naturelles renouvelables. Ce groupe dénommé ComMod (Companion Modelling) est aujourd’hui constitué en une association de praticiens. Il propose une démarche dans laquelle la modélisation est perçue comme un mode co-construit de représentation des objets, de leurs relations et de leurs dynamiques. Le processus d’accompagnement vise à amener progressivement les différentes parties prenantes à se connaître, échanger, partager leurs arguments et points de vue afin de construire une vision commune d’un problème et élaborer une solution acceptée.

Elsa Leteurtre, associée et gérante de la SCOP Lisode, travaille à développer cette démarche de façon opérationnelle. Engagée de longue date avec le collectif ComMod, elle est notamment trésorière de l’association.

Lisode est une entreprise de l’économie sociale et solidaire basée à Montpellier et spécialisée dans l’ingénierie de la concertation. Elle accompagne les institutions (essentiellement publiques) sur la thématique de l’association des « tiers » (citoyens, usagers, autres institutions, acteurs divers du monde public) aux projets territoriaux au sens large (gestion de l’eau, des territoires, des espaces naturels, de l’urbanisme, de l’agriculture, de la pêche, des risques naturels, etc.), sans intervention sur les contenus. Elle apporte un conseil dans chaque phase d’une concertation : analyse du contexte, planification du processus, choix des outils et méthodes, facilitation des ateliers et évaluation du processus. L’offre de services de Lisode est alimentée par ses propres travaux de recherche (plusieurs des associés de la structure ont une thèse et travaillent comme partenaire ou prestataire dans des projets de recherche).

Elsa présentera le 19 octobre la posture, la méthodologie, les outils spécifiques, les effets attendus et les conditions d’application de la démarche de modélisation d’accompagnement dans le cadre d’un appui aux processus de décision territoriaux et environnementaux. Sa présentation sera suivie d’un débat avec la salle.

Sites web pour en savoir plus : www.commod.org ; www.lisode.com

Bibliographie :

* ComMod. 2005. La modélisation comme outil d’accompagnement, Natures Sciences Sociétés 13(2):165-168

** Etienne M. 2010. La modélisation d’accompagnement : une démarche participative en appui au développement durable, Quae Editions.

Téléchargez l’affiche du séminaire

Share Button

Colloque « Europe, Etat, fédéralisme » – 3 au 5 octobre 2017

Les mardi 3, mercredi 4 et jeudi 5 octobre 2017, le CRHI organise, en collaboration avec le Laboratoire Hans Kelsen de l’Université de Salerne et avec le soutien de l’Axe 3 de la MSHS Sud-Est, un colloque interdisciplinaire intitulé « Europe, État, fédéralisme ». Le colloque aura lieu dans l’amphi 031 à la MSHS Sud-Est, à Nice.

Téléchargez le programme du colloque.

Share Button
1 2 3 10