Memorex

L’apprentissage permet l’acquisition de connaissances et compétences. C’est une fonction fondamentale tout au long de la vie qui est possible grâce à la mémorisation. Il est donc important d’identifier les conditions pouvant avoir un rôle facilitateur au processus de mémorisation. Il a récemment été montré que certains neurotransmetteurs avaient un rôle particulièrement important dans la consolidation de connaissances en mémoire à long terme. L’activation de la voie noradrénergique et de la voie des glucocorticoïdes pourrait notamment être un facteur important dans la consolidation de connaissances, d’autant plus lorsque ces deux voies sont activées de façon combinée (Roozendaal et al., 2006). L’exercice physique, qui active ces deux voies simultanément pourrait ainsi représenter une condition facilitatrice de la consolidation de connaissances.

Puisqu’il existe peu de recherches dans ce domaine, l’objectif de ce projet est d’investiguer l’impact de l’activité physique sur la mémorisation dans deux directions distinctes. Une première étude visera ainsi à étudier l’impact d’un exercice physique maximal sur la mémoire d’habitude. Cette étude initiale permettra de mieux comprendre les facteurs qui favorisent la formation d’habitude. La deuxième étude visera à étudier l’impact d’un exercice aérobie sur la mémoire associative en collège/lycée. Cette seconde étude pourrait avoir des retombées importantes dans la planification des séances d’éducation physique et sportive en milieu éducatifs.

 

Learning allows the acquisition of knowledge and skills. It is a fundamental function throughout life that is possible through memorization. It is therefore important to identify the conditions that can play a facilitating role in the memorization process. It has recently been shown that certain neurotransmitters have a particularly important role in the consolidation of long-term memory. The activation of both the noradrenergic and the glucocorticoid pathways could be an important factor in the consolidation of knowledge, especially when these two pathways are activated in combination (Roozendaal et al., 2006). Physical exercise, which activates these two pathways simultaneously, could thus be a facilitating condition for improving knowledge consolidation.

Since there is little research in this field, the goal of this project is to investigate the impact of physical activity on memorization in two distinct directions. A first study will examine the impact of maximal exercise on habit memory. This will help to better understand the factors that favor the habit memory formation. The second study will investigate the impact of aerobic exercise on associative memory performance in secondary (middle- and high-) school students. This second study should have a significant impact on the planning of physical education sessions in educational settings.

 

Roozendaal, B., Okuda, S., De Quervain, D. F., & McGaugh, J. L. (2006). Glucocorticoids interact with emotion-induced noradrenergic activation in influencing different memory functions. Neuroscience, 138(3), 901-910.

Financement : Académie 5 de l’IDEX

Share Button

Workshop series in cognitive science

Spatialization is the process by which spatial information is added by the cognitive system to process information (not necessarily spatial beforehand), often resulting in what is called a mental line. One of the first examples in the literature comes from Galton (1880) who reported that 5% of the individuals he interviewed naturally linked verbal information to space, for example by picturing numbers at very precise spatial locations. This privileged link between space and verbal information seems to have been naturally used even earlier in what the anthropologist Harwood (1976) described as myth spatialization, where spatial locations function as a mnemonic device for the recall of a myth (e.g., Australian aborigines or the Tobriand culture). Today spatialization and the spatial biases that come with it offer a vibrant realm of research which territory crosses various disciplines and domains. In numerical cognition and since the discovery of the SNARC effect (Dehaene et al., 1993), numerous studies have confirmed that numbers are also process spatially along the famous mental number line. Spatialization is also used by mnemonist when employing the venerable loci method (Yates, 1966) invented 2500 years ago. Research in human development seem to suggest
that spatialization starts very early in life, as seven-month old babies show preferences to increasing numeral sequences only if small number are associated to the left and larger to the right (de Hevia et al., 2014). In animal cognition, spatialization is an important and hot topic, as shown from the reaction of the scientific community after the discovery that 3-day chicks naturally link small numerals to the left and larger ones to the right (Rugani et al., 2015). Although spatialization seems to possess an innate dimension, its direction appears to be also culturally determined and linked to the direction of reading/writing (Guida et al., 2018). On the whole, spatialization is thought to start as an innate phenomenon, but for humans a cultural layer is subsequently added (McCrink & de Hevia, 2018). The debate is whether the cultural effect finally takes precedence over the innate determinism, or whether both effects are cumulative(if yes, in what proportion?). Given this productive field of research we would like to bring together in a workshop, researchers from around the globe and from various subdisciplines that have a common interest in spatialization. Our aim is to promote interactions and future collaborations, which outcome could shed a new light on spatialization and related topics.

Porteur :
Fabien Mathy

Organisation :
Pour suivre l’organisation préconisée par l’AAP : la journée comprendra des conférences plénières, des conférences de 20 min, et une session poster. La journée sera organisée en 3 conférences plénières le matin, 2 heures de conférences de 20 minutes l’après midi, une pause, et une dernière série de conférences de 20 minutes (une heure maximum). La journée se terminera avec une session poster en fin d’après-midi. L’appel à poster aura lieu dès lors que la date aura été arrêtée. La session poster garantira à tous les étudiants en doctorat la présence d’un senior discussant.

Financement : Académie 5 de l’IDEX

Share Button

Prédiction humaine

L’adaptation à un environnement changeant dépend de la capacité du cerveau/système cognitif de prédire des stimuli futurs (tels que les mots pendant la lecture). La prédiction de stimulis futurs potentiels est liée aux processus d’amorçage sémantique qui rendent le traitement d’un mot cible plus rapide et précis lorsqu’il a été préalablement prédit par un mot amorce précédent. La précision de la prédiction ainsi que le potentiel évoqué EEG N400 dépendent de la probabilité de la cible sachant le mot ou la phrase amorce qui précède. Cependant, alors que la probabilité de la cible peut être estimée à partir de l’amorce, cette même amorce peut prédire plusieurs cibles différentes en même temps, générant ainsi de l’interférence entre les cibles prédites en mémoire de travail. La distribution des probabilités des cibles prédites par une même amorce définit l’entropie de l’amorce, qui mesure l’incertitude de la prédiction. Bien que certaines régions cérébrales soient sensibles à la probabilité ou à l’entropie des mots, savoir si et comment l’entropie de l’amorce influence la prédiction probabiliste de cibles reste une question ouverte.

Le projet fédère des scientifiques de différentes disciplines de la psycholinguistique, la psychologie cognitive, les mathématiques appliquées à l’analyse du signal et les neurosciences computationelles afin d’étudier les effets de l’entropie sur la prédiction à travers trois approches méthodologiques qui sont 1) les protocoles expérimentaux, 2) l’analyse du signal EEG et 3) la modélisation des données.

Partenaires:

BCL : Frédéric Lavigne, Pr / Fanny Meunier, DR / Carlos Aguilar, IE

INRIA/ATHENA : Maureen Clerc, DR / Theodore Papadopoulo, DR

CNPP (Univ. Descartes/CNRS): Gianluigi Mongillo, CR

Share Button

Cognition quantique dans les interactions stratégiques

Mieux prévoir le choix des individus face à une situation particulière sera-t-il bientôt possible ? Ce projet vise à soutenir la recherche fondamentale dans le domaine de la modélisation de la cognition humaine en fédérant un groupe de scientifiques multidisciplinaire. Au travers d’expériences basées sur des sujets humains, il s’agit de développer de nouveaux modèles cognitifs s’inspirant des probabilités quantiques et de positionner UCA comme leader dans ce domaine en France et au niveau européen.

S’inspirer de concepts mathématiques pour mieux décrire les comportements humains

Ce projet constitue une nouvelle étape visant à renforcer la collaboration d’un groupe multidisciplinaire de chercheurs composés de scientifiques « durs » et « doux », soit des physiciens et des mathématiciens qui collaborent avec des psychologues et des économistes, pour contribuer activement au développement d’une approche « quantique » dans les études et applications concernant la cognition humaine.
Les chercheurs souhaitent notamment comprendre si les probabilités quantiques ou simili-quantiques, offrent un meilleur cadre mathématique que les probabilités classiques (par exemple, les approches bayésiennes) pour construire des modèles cognitifs efficaces d’humains. L’objectif est de confirmer la validité expérimentale de certains modèles cognitifs de type quantique mais aussi, d’en proposer de nouveaux dans le contexte de la prise de décision stratégique (à savoir la théorie des jeux). Les résultats de ces recherches pourraient avoir un impact important sur les études psychologiques et économiques puisqu’ils chambouleraient des théories importantes et établies dans ces domaines.

Comprendre le processus de décision humain

Le projet consiste à réaliser un certain nombre d’expériences sur des sujets humains, notamment par le biais de la plateforme UCA CoCoLab, pour obtenir des données originales sur le jugement et la prise de décision et développer, par la suite, de nouveaux modèles de type quantique. Une meilleure compréhension de la cognition humaine et de la prise de décision est donc au cœur des activités de recherche de ce projet. Les résultats seront présentés lors de plusieurs conférences internationales et notamment lors de la conférence Quantum Interaction qui se tiendra en juillet 2018, à Nice suite aux sollicitations de la communauté internationale des chercheurs.

L’académie 2 a donc décidé de participer au financement de ces expériences dont les résultats sont attendus avec intérêt par la communauté, offrant une belle visibilité à UCA et lui permettant de se positionner comme leader dans ce domaine en France avec pour ambition d’être parmi les trois principaux centres sur ce sujet au niveau européen.

Financement : Académie 2 de l’IDEX

Share Button

Corrélats neuronaux liés à la perception de séquences homophones

Dans la plupart des systèmes d’écritures, la frontière entre les mots est généralement indiquée par des espaces blancs. En revanche, dans le signal de parole, il n’existe pas d’indices clairs et univoques qui permettent de marquer le début et la fin des mots. La parole est dite « continue » (Fig. 1), sans marque explicite de frontière entre ses composants, que ce soit les syllabes, les mots et même éventuellement les phrases. Lorsqu’il est exposé à un flux de parole, l’auditeur doit donc établir une relation entre deux univers que sont l’univers physique des sons du langage et l’univers symbolique des énoncés. Et, du fait de la continuité du signal, la compréhension de la parole passe implicitement par une étape de segmentation de la chaîne parlée en mots. Ce problème de segmentation se pose dans de multiples contextes : pour l’acquisition de la langue maternelle, mais également dans le domaine de la reconnaissance des mots parlés et pour l’acquisition d’une deuxième langue. Dans nos expériences nous nous intéresserons à l’exploitation d’indices acoustiques fins comme ceux présents entre deux séquences homophones comme l’ami / la mie. En conditions naturelles et en contexte, la désambiguïsation de ces séquences ne pose pas de problème au système de reconnaissance, cependant lorsque les séquences sont présentées en isolation la tâche devient plus compliquée (tout en restant faisable et largement au-dessus du hasard) surtout s’il y a de la variabilité de production. Nous avons montré dans des expériences EEG précédentes que le système est capable de différencier les séquences comme l’ami / la mie lorsque celles-ci sont présentées en isolation. Le système semble capable d’exploiter dans ce cas des marques ou indices présents dans le signal afin de repérer les débuts et /ou fins des mots. Cependant des résultats comportementaux suggèrent qu’en présence de contexte l’identification des homophones s’appuie essentiellement sur les informations sémantiques même lorsque les informations acoustiques et sémantiques sont incongruentes comme dans l’ami de pain. L’expérience proposée dans ce projet visera à établir dans quelle mesure les indices acoustiques fins viennent moduler l’activation sémantique des mots, ce que les données comportementales ne permettent pas d’établir. Nous nous intéresserons en particulier à la N400 et à la P600, qui sont des composantes EEG associées au traitement des mots, particulièrement aux violations linguistiques de nature sémantique et syntaxique respectivement, mais aussi la N200 qui peut refléter de discordances orthographiques.

Porteur : Fanny MEUNIER

Partenaires : BCL, LAPCOS, LPNC, Univ. Grenoble Alpes

Financement : MSHS Sud-Est

Share Button

1er workshop COCOLAB IN ECONOMICS AND PSYCHOLOGY – 14-16 février 2019

Ce premier workshop se déroulera à la MSHS, en salle plate 031.


Programme:

February 14

18:30-20:00 Welcome Reception
18:30-18:45 Recent Achievements of UCA (Jean-Marc Gambaudo, President of UCA)
18:45-19:00 Research at UCA (Jeanick Brisswalter, Vice-President of the Research Committee of UCA)
19:00-19:15 Research at MSHS (Tobias Scheer, Director of the MSHS)
19:15-19:30 Research at GREDEG (Jean-Pierre Allegret, Director of GREDEG)
19:30-19:45 Introduction to the CoCoLab (Giuseppe Attanasi, President of CoCoLab)
19:45-20:00 Introduction to the 1st CoCoLab Workshop: Economics and Psychology (Martin Dufwenberg, Director of the Economic Science Laboratory at University of Arizona)
20:00-22:00 Social Aperitif (Italian Food and World Music Jam Session)

 

February 15

09:00-10:30 Presentation of the CoCoLab facilities (Guus Bongers)
10:30-11:00 Coffee Break
11:00-13:05 Session 1 (Presentations 1-4): Beliefs, Messages and Policies
Richard Arena : Logic and Psychology in Keynes’s Approach to the Formation of Expectations
Giovanni Di Bartolomeo : Are Messages from the Tax Authorities Effective per se?
Arianna Galliera : Don’t You just Love Being in Control? A Field Experiment of the Impact of Message Content on Consumption Awarenes
Stefano Papa : The Rationale of In-group Favoritism: An Experimental Test of Three Explanations
Anastasia Danilov: Affirmative Action Policies and Behavior in Promotional Tournaments: An Experiment
13:05-14:00 Lunch Break
14:00-14:45 Keynote Speech 1 [John Hey]: Learning under Ambiguity when Information Acquisition is Costly: An Experiment
14:45-16:00 Session 2 (Presentations 5-8): Social Comparison, Favoritism and Conformis
Nadège Bault: Social Comparison Elicits Competitive Behavior : Converging Evidence from Physiological Recordings and Brain Studies
Penelope Hernandez: Integration and Diversity
Francesco Passarelli: Partial Norms
16:00-16:20 Coffee Break
16:20-18:00 Session 3 (Presentations 9-12): Risk and Incentives
Alexander Christopher Sebald: Testing for Salience Effects in Choices under Risk
Eric Guerci: Financial Market Professionals’ Higher Order Risk Attitudes
Antonio Iannelli: Obesity, NASH, and Bariatric Chirurgy
Enrica Carbone: Past Performance and Entry in Procurement
18:00-18:45 Keynote Speech 2 [Martin Dufwenberg]: Tra i Leoni: Revealing the Preferences Behind a Superstiti
20:00-22:00 Social Dinner

 

February 16

09:00-11:05 Session 4 (Presentations 13-17): Guilt and Norms
Kiryl Khalmetski: Norms and Guilt
Elisabetta Leni: Guilt Aversion: Evidence on Heterogeneity in the Trust Game
Claire Rimbaud: Guilt: The Role of Vulnerability
Giovanni Ponti: Preference Based Subjective Beliefs
Elena Manzoni: On the Trasmission of Guilt Aversion
11:05-11:25 Coffee Break
11:25-12:10 Keynote Speech 3 [Pierpaolo Battigalli]: Frustration and Anger in the Ultimatum Game: An Experiment
12:10-13:25 Session 5 (Presentations 18-20): Trust and Communication
Andrea Guido: Accounting for Italy’s North-South Divide in Trusting Behaviour: Experimental Evidence from Southern Emigrants
Adam Zylberstejn: Digital Communication and Swift Trust
Amrish Patel: Communication as Gift-Exchange
13:25-14:25 Lunch Break
14:25-16:55 Session 6 (Presentations 21-26): CoCoLab Nice projects
Seçkin Arslan: The ‘PLAN’ Project – Language Processing across Lifespan
Michela Chessa: Enhancing Strategic Thinking through Virtual and Augmented Reality
Guilhem Lecouteux: A Measure of the Cognitive Processes underlying the Acceptability of Nudges
Adriana Pinate: Green Innovation: Creativity, Risk and Social Context (GrICRiS)
Ismael Rafai: Attraction Effect on Conversion Rate in Airline Booking
Hanane Ramzaoui: Search Efficiency in Aging and Alzheimer’s Disease: Bottom-up and Top-down Eye-movement Guidance within Real-world Scenes
16:55-17:15 Coffee Break
17:15-18:00 Keynote Speech 4 [Gary Charness], by Skype: How Do People Choose Between Biased Information Sources? Evidence from a Laboratory Experiment
18:00-18:15 Concluding Remarks

 


If you are interested in attending the workshop, please send your name, surname and Lab affiliation to

Adriana-Carolina.PINATE@univ-cotedazur.fr

before February 11

1st CoCoLab Workshop in Economics and Psychology

 

Share Button

Conférence « Madsex. Recueil et analyse d’un corpus de concepts sexuels » – 7 février 2019

Dans le cadre de l’axe 1, une conférence vous est proposée le jeudi 7 février 2019, de 10h à 12h, en salle 009 à la MSHS.

Intervenant :

Andrea Pizarro Pedraza (Collaboratrice scientifique à l’Institut Langage et Communication, Centre de recherche Valibel – Discours et variation, Université catholique de Louvain).


Résumé :

L’analyse du langage tabou fait face à deux problèmes majeurs : le choix d’un corpus adéquat et les difficultés méthodologiques lors de l’analyse. En premier lieu, pour faire face au problème des données, la création d’un corpus oral à Madrid sur le sujet de la sexualité a été proposée. La méthodologie a été planifiée pour recueillir des données abondantes et comparables, aussi bien linguistiques que sociales.

Axe 1 Affiche Fev 7 2019

Share Button

Appel à projet « Workshop Series in Cognitive Science »

Thème : Sciences cognitives.

Langue : Anglais

Soutien logistique : la communication sera faite en lien avec l’Axe 1 « Sciences Cognitives et computation » de la MSHS Sud-Est afin de garantir une identité commune à l’affichage. Une aide administrative aux missions et aux réservations sera offerte grâce à un personnel dédié de l’Académie 5.

Domaines : Tout domaine (y compris neurosciences, intelligence artificielle, mathématiques, médecine), en rapport avec les sciences cognitives.

Budget : entre 8000 et 12000 € par projet. Chaque invité sera entièrement défrayé, avec un voyage et 2 nuitées. Sont éligibles à l’inclusion au budget : les frais pour la réservation d’un espace, la location de matériel technique, la restauration (petit-déjeuner, pause-café, midi et soir), une activité sociale.

Période : 2019 de préférence, 2020.

Lieu : périmètre géographique de l’Université Côte d’Azur, à l’intérieur ou à l’extérieur du campus (e.g., Vésubia à Saint Martin Vésubie).

Modalités de soumission : Un document PDF unique sera envoyé avant le 30 Janvier 2019 minuit (après cette date, les demandes seront étudiées au fil de l’eau), comportant les informations suivantes 1) un descriptif du projet avec les sections suivantes (nom du ou des porteurs, date prévisionnelle, lieu envisagé, titre du workshop, un court descriptif de la thématique, un descriptif du format et des éléments inclus dans le workshop, le programme prévisionnel de la journée) 2) un tableau présentant le budget prévisionnel suivi d’une justification des postes 3) le CV du ou des porteur(s) du projet 4) le CV des conférenciers. Hormis les CV, le descriptif ne dépassera pas 5 pages incluant le budget.

Liens institutionnels :
· Programme Structurant IDEX « Systèmes cognitifs, normalité et pathologie du cerveau
humain, neurosciences computationnelles ».
· MSHS, Axe 1 Sciences Cognitives et Computation (CoCoSci)
· Plateforme technologique CoCoLab (Complexity and Cognition Lab).
· C@UCA, structure qui organise les recherches à l’UCA relevant des Sciences Cognitives et
des Neurosciences Computationnelles (mathématiques, informatique, biologie, médecine).
· Institut NeuroCog (en cours de construction)

Responsables: Fabien Mathy (BCL UMR 7320 CNRS) et Rémi Radel (LAMHESS EA6312).

AAP Worshop Series in Cog Sc

Share Button

Conférence « Évaluation et comparaison de réseaux Deep- Learning récurrents en attribution d’auteurs » – 13 décembre 2018

Dans le cadre de l’axe 1, une conférence intitulée « Évaluation et comparaison de réseaux Deep-Learning récurrents en attribution d’auteurs » vous est proposée le jeudi 13 décembre, de 12h30 à 14h en salle 128, à la MSHS.

Intervenant : Nils SCHAETTI

Résumé :

Dans le domaine du traitement du langage naturel (NLP), l’attribution d’auteur est une tâche bien connue dont le but est de répondre à la question: quel est le véritable auteur d’un document? Étant donné un ensemble d’auteurs candidats et un corpus d’échantillons de documents, il s’agit de trouver qui a écrit un nouveau document.

Affiche 13 dec 2018

Share Button

Sleep-dependent consolidation Is it time for a revision? – 9 novembre 2018

Dans le cadre de l’axe 1, une conférence vous est proposée le vendredi 9 novembre, de 12h30 à 13h30, en salle plate à la MSHS, avec Dezso NEMETH.

Résumé :

It is widely believed that sleep is essential to the consolidation of learning and memory. The theory of sleep-dependent consolidation (Walker and Stickgold 2004) suggests that after an offline period including sleep, performance improves more than after a period without sleep. Accordingly, several studies showed the critical role of sleep in skill and procedural learning consolidation (Fischer et al. 2002; Stickgold et al. 2000; Walker et al. 2002). However, recent works suggest that the data on which this theory relies, may be driven by several factors that are unrelated to sleep. In this talk, Dezso Nemeth (Professor of Psychology, Hungarian Academy of Sciences & Eotvos Lorand University, Budapest, Hungary & IMÉRA – Titulaire de la Chaire Langage et Cerveau) will present 6 experiments that failed to show sleep-dependent consolidation in procedural learning. This cumulative evidence invites a reconsideration of sleep’s theoretical role in the consolidation of
procedural memories.

Share Button

Competitive neurocognitive networks underlying implicit statistical learning – 8 novembre 2018

Une conférence organisée dans le cadre de l’axe 1 vous est proposée le jeudi 8 novembre, de 12h30 à 13h30, en salle plate à la MSHS, avec Dezso NEMETH.

Résumé :

Human learning depends on multiple cognitive systems related to dissociable brain structures. These systems interact not only in cooperative but sometimes competitive ways in optimizing performance. Previous studies showed that manipulations reducing the engagement of frontal lobe-mediated explicit, attentional processes can lead to improved performance in striatum-related procedural learning. Dezso Nemeth (Professor of
Psychology, Hungarian Academy of Sciences & Eotvos Lorand University, Budapest, Hungary & IMÉRA – Titulaire de la Chaire Langage et Cerveau) will present four studies in which he investigated the competitive relationship between statistical learning and frontal lobe-mediated executive functions. The result shed light not only on the competitive nature of brain systems in cognitive processes but also could have important implications for developing new methods to improve human learning.

Share Button

Moving forward in the study of mind wandering: A dynamic process-based perspective – 11 octobre 2018

Dans le cadre de l’axe 1 une conférence vous est proposée en salle plat à la MSHS, de 12h30 à 13h30 le jeudi 11 octobre 2018, avec Manila VANNUCCI.

Résumé :

While reading a book, attending a lecture or driving, there may be moments when our attention spontaneously drifts away from the primary task and our mind starts wandering elsewhere towards internal thoughts, such as personal memories and prospective thoughts, whose content is unrelated to the ongoing task. We refer to this phenomenon as mind wandering (MW). Our understanding of the neurocognitive process of MW has dramatically increased over the past decade. However, up until recently, most research on MW has investigated this mental state from a static content-based perspective, by assessing whether task-unrelated thoughts are taking place during a task. Manila Vannucci (Department of Neuroscience, Psychology, Drug Research and Child Healt —NEUROFARBA—, University of Florence, Italy) will present the key challenge still facing research, that is the identification of the processes and events that prompt the initial occurrence of MW (the onset) as well as its maintenance-continuity over time: Why does the mind start wandering at that specific moment? And how does this mental state arise and unfold over time? In the seminar Manila Vannucci will briefly review the state-of-the art in the field, and present a series of studies carried out by her research group, aimed at investigating the ongoing thought dynamics of MW, by combining behavioural techniques and pupillometry. The relevance of this dynamic process-based perspective for our understanding of how human attention and thought work, and its implications for applied research on MW in educational and professional contexts will be discussed.

Share Button

Conférence « Un esprit sain pour un corps sain, et vice versa : Etudes scientifiques des effets de thérapies non conventionnelles » – 21 juin 2018

L’axe 1 vous propose une conférence intitulée : « Un esprit sain pour un corps sain, et vice
versa : Etudes scientifiques des effets de thérapies non conventionnelles ».

Elle sera présentée et animée par Alice GUYON, directrice de recherche au CNRS.

Date : 21 juin, de 12h30 à 13h30

Lieu : salle plate 031, MSHS

Téléchargez l’affiche

Share Button

Rencontre « Technologies de conversation en temps-réel pour l’accompagnement et la réflexion » – 7 juin 2018

L’axe 1 « sciences cognitives et computation » organise une rencontre avec Olivier MALAFRONTE, fondateur et directeur technique de Nikita Lukianets, le jeudi 7 juin 2018, de 12h15 à 13h15, salle 009 à la MSHS.

L’objectif de cette rencontre est de présenter PocketConfidant AI, la première Intelligence Artificielle de conversation de coaching en temps-réel permettant le questionnement et la reformulation chez l’individu afin de créer des moments d’expression, de réflexion, et des prises de recul facilitant l’émergence de nouveaux comportements.

Téléchargez l’affiche

 

Share Button

Workshop « Learning, Memory, and Chunking processes » – 30 mars 2018

Workshop « Learning, Memory, and Chunking processes », 30 mars 2018, MSHS Sud-Est, salle 128.
Inscription obligatoire auprès de Sylvie.GRENARD@unice.fr

Présentation

Ce workshop organisé par l’Axe 1 « Sciences Cognitives et Computation de la MSHS Sud-Est » mettra l’accent sur la modélisation et l’expérimentation en psychologie. Cette journée (financée par un projet ANR né au sein de l’Axe Sciences Cognitives et Computation) a pour double objectif de consolider un groupe de travail international francophone, et de développer de nouvelles collaborations autour de questions fondamentales rapprochant les notions d’apprentissage et de capacité de la mémoire.

Une question fondamentale sera de comprendre l’organisation (et l’optimisation) de l’espace de stockage en mémoire, en lien avec l’apprentissage. Cette journée sera notamment dédièe à l’étude de plusieurs mécanismes qui favorisent la rétention d’information : le processus de chunking, l’auto-répétition mentale, le rafraîchissement de l’information et la spatialisation de l’information. Les travaux présentés viseront également à estimer les capacités de la mémoire et les capacités d’apprentissage chez l’humain (et le primate non-humain). L’ensemble des études concerneront à la fois les processus implicites de chunking (permettant à notre système cognitif d’extraire des régularités statistiques de l’environnement), le versant plus explicite du recodage de l’information, et le contournement de ces processus de traitement de l’information en vue de mesurer les caractéristiques de la mémoire de travail.

Programme

10:00 Refresh your memory: Attention-based maintenance in working memory.
Evie Vergauwe (Université de Genève)

11:00 La spatialisation en mémoire de travail
Alessandro Guida (Université Rennes II)

11:30 Un modèle computationnel de la mémoire de travail intégrant déclin et interférences
Sophie Portrat & Benoît Lemaire (CNRS & Université Grenoble Alpes)

Pause déjeuner

13:00 A chunk is a chunk is a chunk
Fernand Gobet (University of Liverpool)

13:30 New simulations of the TBRS model of working memory
Nicolas Gauvrit & Fabien Mathy (Université d’Artois & Université Côte d’Azur)

14:00 Non-adjacent Dependencies Processing in Human and Non-human Primates
Raphaëlle Malassis, Arnaud Rey, & Joël Fagot (CNRS & Aix Marseille Université)

14:15 Verbal associations and chunking in the Arctic
Arnaud Rey, Thierry Legou, Marie-Hélène Stéfanini, & Benoit Favre (Aix Marseille Université)

14:30 Evidence for re-organization in working memory driven by compressibility
Fabien Mathy & Frédéric Lavigne (CNRS & Université Côte d’Azur)

15:30 Le contextual cueing est-il une affaire de chunking ?
André Didierjean (Université Bourgogne Franche-Comté)

Share Button

Conférence Giorgio Graffi : « The Piaget-Chomsky debate at royaumont, forty years later: a retrospective evaluation and some open issues » – 19 avril 2018

Conférence de l’axe 1 « Sciences Cognitives et Computation », le 19 avril, de 12h à 13h, MSHS Sud-Est, salle 031.

Giorgio Graffi : « The Piaget-Chomsky debate at royaumont, forty years later: a retrospective evaluation and some open issues »

Two scholars, M. Piattelli-Palmarini (1994) and C. Boeckx (2014), both openly “Chomskian”, have given two almost opposing assessments of the outcome of the debate: the former is a harsh critic of Piaget’s position, whereas the latter essentially shares it. This difference is due in large part to some recent developments in biology, in particular the so-called “epigenetics”. Giorgio Graffi (University of Verona) will focus on the relationship between Piagetian psychology, Chomskian linguistics and biology in the Royaumont debate, and over the following decades. The author’s position is that the Chomskian framework, even in today’s “minimalist” version, is still essentially incompatible with the Piagetian approach to language, in particular as regards the “specificity”, both phylogenetic and cognitive, which Chomsky ascribes to language itself.

Share Button

Conférence « La prestidigitation offre-t-elle un terrain de cryptozoologie pour la psychologie ? » – 25 mars 2018

Conférence de l’axe 1 « Sciences Cognitives et Computation », le 25 mars, de 12h à 13h, MSHS Sud-Est, salle 128.

André Didierjean : « La prestidigitation offre-t-elle un terrain de cryptozoologie pour la psychologie ? »

Les prestidigitateurs trompent souvent les sens du spectateur en s’appuyant sur certaines limites de leurs processus cognitifs. Ils usent en cela d’une connaissance intuitive mais millénaire de la cognition humaine. Depuis plusieurs années se développent des recherches sur les relations entre magie et psychologie. Ces travaux offrent non seulement un terrain original d’étude des processus cognitifs, mais également la possibilité de, peut-être, découvrir des processus encore méconnus. André Didierjean (Université de Franche-Comté) propose l’idée que l’étude de la prestidigitation en psychologie s’apparenterait alors à un terrain de « cryptozoologie », le nom donné à la recherche d’espèces inconnues. Dans sa présentation, André Didierjean présentera tout d’abord certains des travaux réalisés ces 10 dernières années dans le domaine de la psychologie de la prestidigitation. A ce jour : aucun processus cognitif inconnu au tableau de chasse de ces recherches. Seront évoquées ensuite quelques-unes des nombreuses facettes psychologiques de la prestidigitation encore non explorées à ce jour en psychologie et, qui sait, peut-être susceptibles d’abriter une nouvelle espèce.

Share Button

Conférence « Sources of numerical knowledge » – 9 février 2018

La conférence se déroulera de 12h à 13h, en salle 128, à la MSHS.

Résumé :

Professional mathematicians often evoke mental images, situated in space and time, when describing their thought process. In line with these reports, cognitive science has provided evidence that non-verbal representations are critically involved in mathematical thinking, in mathematicians as well as in the general population (Amalric & Dehaene, 2016; Dehaene, 2011; Dehaene, Bossini, & Giraux, 1993; Monti, Parsons, & Osherson, 2012; Varley et al., 2005).

Such non-verbal representations provide foundations to mathematics: they support learning in children, and they perhaps also entered into the genesis of mathematical concepts. To search for the origins of mathematical knowledge, this field has been studying various populations: non-human animals, as well as humans of various cultural
backgrounds and ages, focusing particularly on people who have not (yet) received education in mathematics. In these populations, representations with mathematical content have been tested in the following two senses:
– Representations encoding properties that have been formalized in mathematics (numerousness, shape…); and encoding these properties in an abstract way, i.e. independently from other properties that are not relevant in mathematics (size of objects, material…).
– Representations supporting inferences in line with the laws and theorems of mathematics. In this conference, Véronique Izard (Laboratoire Psychologie de la Perception – UMR 8242) will mostly focus about our knowledge of numbers. She will first review findings providing evidence that numerical content is present in our Core Cognition – a set of cognitive systems that constitute infants’ first cognitive abilities, and then remain active throughout lifetime. Second, while core intuitions capture some properties of numbers, other aspects go beyond their representational power: in particular, children are not initially endowed with resources to discriminate between exact large numbers. In the second part of the talk, she will present two studies where we investigated the development of Integer concepts, by probing children’s understanding of fundamental properties that have served to ground mathematical formalization of Integers. The first study focuses on the relation of numerical equality, and how it is instantiated by one-one correspondence (Hume’s principle, grounding settheoretical formalizations of number). The
second study probes children’s understanding of structural properties highlighted by Peano-Dedekind axioms: the fact that the list of all Integers can be generated by iterating a successor function, and the fact that the Integer list does not loop back on itself. Time permitting, she may also talk about the cognitive foundations for geometry.

Share Button

Séminaire « The issue of sequential and parallel processing in language production: Insights from neurophysiological data » – 25 janvier 2018

La conférence se déroulera de 10h à 11h, en amphi 031, à la MSHS.

Résumé :

The stages involved in mental information processing can be distinguished on the basis of various criteria, including the timing with which they operate. There, a primary distinction has been made between sequential and parallel architectures. Donders’s (1868/1969) influential hypothesis and its variants postulate that cognitive stages can operate
sequentially, that is, without temporal overlap.

An alternative view postulates parallel (i.e. concurrent) processing across cognitive stages (McClelland, 1979).The contrast between sequential and parallel processing has played a major role in organising discussions of language production theories. The relatively recent adoption of neurophysiological measures (EEG, MEG) to study language and speech
production held the promise of providing new insights on this issue. These recordings boast millisecond temporal resolution, and thus could provide a window on the processing
steps between stimulus and response. In this conference, F.-Xavier Alario (Laboratoire de Psychologie Cognitive, Aix-Marseille Université et CNRS) will present a review of the literature that used MEG to investigate word production (Munding et al. 2016), and a study based on intracerebral data (Dubarry et al., 2017). Both invite careful conclusions about
the distinction between sequential and parallel processing in language production.

References
Dubarry, A. S. et al. (2017). Estimating Parallel
Processing in a Language Task Using Single-
Trial Intracerebral Electroencephalography.
Psychological Science, 28(4), 414-426.
Donders, F. C. (1969). On the speed of mental
processes (W. G. Koster, Trans.). Acta Psychologica,
30, 412–431. doi:
10.1016/0001-6918(69)90065-1 (Original work
published 1868)
McClelland, J. L. (1979). On the time relations of
mental pro- cesses: An examination of systems of
processes in cascade. Psychological Review, 86, 287–
330. doi:10.1037/0033-295X .86.4.287
Munding, D., et al. (2015). On the cortical
dynamics of word production: A review of the
MEG evidence. Language, Cognition and
Neuroscience, 31, 441– 462. doi:
10.1080/23273798.2015.1071857

Share Button

Conférence « Le paradoxe de l’âge : De l’effet de positivité à la régulation émotionnelle » – 8 décembre 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente une conférence de Sandrine Vieillard (Laboratoire CHArt – UPON EA 4004 -Cognitions Humaine et Artificielle – Université Paris Nanterre). Dans le domaine du vieillissement normal, il existe aujourd’hui un engouement pour ce que l’on appelle communément l’effet de positivité. Ce concept, longtemps demeuré flou, est aujourd’hui défini comme la tendance des aînés par rapport aux jeunes adultes à traiter de manière privilégiée l’information positive sur l’information négative dans des tâches attentionnelles et mnésiques. Ce phénomène empirique a conduit certains chercheurs à considérer que l’effet de positivité était la manifestation d’une meilleure disposition à réguler les émotions avec l’avancée en âge. Cette idée selon
laquelle le vieillissement serait associé au développement de compétences tournées vers la recherche d’un biais favorable par lequel on peut voir toute chose est progressivement venue remplacer celle, plus privative, de la vieillesse. Cette représentation positive
du vieillissement participe à promouvoir la notion de « bien vieillir » devenu un enjeu social et politique majeur dans nos sociétés occidentales. Toutefois, elle n’est pas sans poser quelques questionnements du fait de son caractère contre-intuitif au regard de la réalité du vieillissement cognitif normal.
Ces questions seront abordées à travers la présentation de ses travaux expérimentaux (e.g., mesures comportementales, psychophysiologiques, oculomotrices) dont le double objectif était de tester la robustesse de l’effet de positivité et de contribuer au développement récent des études relatives à l’effet du vieillissement sur les capacités de
régulation émotionnelle. Cette présentation sera l’occasion de présenter ses nouveaux intérêts de recherche relatifs à l’effet de l’âge sur l’inscription corporelle des processus
cognitifs et d’aborder, dans le champ du langage, la manière dont les concepts abstraits, envisagés du point de vue de la perspective embodiment, sont susceptibles d’évoluer avec
l’avancée en âge.

La conférence aura lieu en salle 128 à la MSHS, de 12h à 13h.

Share Button
1 2 3 4