Workshop « Learning, Memory, and Chunking processes » – 30 mars 2018

Workshop « Learning, Memory, and Chunking processes », 30 mars 2018, MSHS Sud-Est, salle 128.
Inscription obligatoire auprès de Sylvie.GRENARD@unice.fr

Présentation

Ce workshop organisé par l’Axe 1 « Sciences Cognitives et Computation de la MSHS Sud-Est » mettra l’accent sur la modélisation et l’expérimentation en psychologie. Cette journée (financée par un projet ANR né au sein de l’Axe Sciences Cognitives et Computation) a pour double objectif de consolider un groupe de travail international francophone, et de développer de nouvelles collaborations autour de questions fondamentales rapprochant les notions d’apprentissage et de capacité de la mémoire.

Une question fondamentale sera de comprendre l’organisation (et l’optimisation) de l’espace de stockage en mémoire, en lien avec l’apprentissage. Cette journée sera notamment dédièe à l’étude de plusieurs mécanismes qui favorisent la rétention d’information : le processus de chunking, l’auto-répétition mentale, le rafraîchissement de l’information et la spatialisation de l’information. Les travaux présentés viseront également à estimer les capacités de la mémoire et les capacités d’apprentissage chez l’humain (et le primate non-humain). L’ensemble des études concerneront à la fois les processus implicites de chunking (permettant à notre système cognitif d’extraire des régularités statistiques de l’environnement), le versant plus explicite du recodage de l’information, et le contournement de ces processus de traitement de l’information en vue de mesurer les caractéristiques de la mémoire de travail.

Programme

10:00 Refresh your memory: Attention-based maintenance in working memory.
Evie Vergauwe (Université de Genève)

11:00 La spatialisation en mémoire de travail
Alessandro Guida (Université Rennes II)

11:30 Un modèle computationnel de la mémoire de travail intégrant déclin et interférences
Sophie Portrat & Benoît Lemaire (CNRS & Université Grenoble Alpes)

Pause déjeuner

13:00 A chunk is a chunk is a chunk
Fernand Gobet (University of Liverpool)

13:30 New simulations of the TBRS model of working memory
Nicolas Gauvrit & Fabien Mathy (Université d’Artois & Université Côte d’Azur)

14:00 Non-adjacent Dependencies Processing in Human and Non-human Primates
Raphaëlle Malassis, Arnaud Rey, & Joël Fagot (CNRS & Aix Marseille Université)

14:15 Verbal associations and chunking in the Arctic
Arnaud Rey, Thierry Legou, Marie-Hélène Stéfanini, & Benoit Favre (Aix Marseille Université)

14:30 Evidence for re-organization in working memory driven by compressibility
Fabien Mathy & Frédéric Lavigne (CNRS & Université Côte d’Azur)

15:30 Le contextual cueing est-il une affaire de chunking ?
André Didierjean (Université Bourgogne Franche-Comté)

Share Button

Conférence Giorgio Graffi : « The Piaget-Chomsky debate at royaumont, forty years later: a retrospective evaluation and some open issues » – 19 avril 2018

Conférence de l’axe 1 « Sciences Cognitives et Computation », le 19 avril, de 12h à 13h, MSHS Sud-Est, salle 031.

Giorgio Graffi : « The Piaget-Chomsky debate at royaumont, forty years later: a retrospective evaluation and some open issues »

Two scholars, M. Piattelli-Palmarini (1994) and C. Boeckx (2014), both openly “Chomskian”, have given two almost opposing assessments of the outcome of the debate: the former is a harsh critic of Piaget’s position, whereas the latter essentially shares it. This difference is due in large part to some recent developments in biology, in particular the so-called “epigenetics”. Giorgio Graffi (University of Verona) will focus on the relationship between Piagetian psychology, Chomskian linguistics and biology in the Royaumont debate, and over the following decades. The author’s position is that the Chomskian framework, even in today’s “minimalist” version, is still essentially incompatible with the Piagetian approach to language, in particular as regards the “specificity”, both phylogenetic and cognitive, which Chomsky ascribes to language itself.

Share Button

Conférence « La prestidigitation offre-t-elle un terrain de cryptozoologie pour la psychologie ? » – 25 mars 2018

Conférence de l’axe 1 « Sciences Cognitives et Computation », le 25 mars, de 12h à 13h, MSHS Sud-Est, salle 128.

André Didierjean : « La prestidigitation offre-t-elle un terrain de cryptozoologie pour la psychologie ? »

Les prestidigitateurs trompent souvent les sens du spectateur en s’appuyant sur certaines limites de leurs processus cognitifs. Ils usent en cela d’une connaissance intuitive mais millénaire de la cognition humaine. Depuis plusieurs années se développent des recherches sur les relations entre magie et psychologie. Ces travaux offrent non seulement un terrain original d’étude des processus cognitifs, mais également la possibilité de, peut-être, découvrir des processus encore méconnus. André Didierjean (Université de Franche-Comté) propose l’idée que l’étude de la prestidigitation en psychologie s’apparenterait alors à un terrain de « cryptozoologie », le nom donné à la recherche d’espèces inconnues. Dans sa présentation, André Didierjean présentera tout d’abord certains des travaux réalisés ces 10 dernières années dans le domaine de la psychologie de la prestidigitation. A ce jour : aucun processus cognitif inconnu au tableau de chasse de ces recherches. Seront évoquées ensuite quelques-unes des nombreuses facettes psychologiques de la prestidigitation encore non explorées à ce jour en psychologie et, qui sait, peut-être susceptibles d’abriter une nouvelle espèce.

Share Button

Conférence « Sources of numerical knowledge » – 9 février 2018

La conférence se déroulera de 12h à 13h, en salle 128, à la MSHS.

Résumé :

Professional mathematicians often evoke mental images, situated in space and time, when describing their thought process. In line with these reports, cognitive science has provided evidence that non-verbal representations are critically involved in mathematical thinking, in mathematicians as well as in the general population (Amalric & Dehaene, 2016; Dehaene, 2011; Dehaene, Bossini, & Giraux, 1993; Monti, Parsons, & Osherson, 2012; Varley et al., 2005).

Such non-verbal representations provide foundations to mathematics: they support learning in children, and they perhaps also entered into the genesis of mathematical concepts. To search for the origins of mathematical knowledge, this field has been studying various populations: non-human animals, as well as humans of various cultural
backgrounds and ages, focusing particularly on people who have not (yet) received education in mathematics. In these populations, representations with mathematical content have been tested in the following two senses:
– Representations encoding properties that have been formalized in mathematics (numerousness, shape…); and encoding these properties in an abstract way, i.e. independently from other properties that are not relevant in mathematics (size of objects, material…).
– Representations supporting inferences in line with the laws and theorems of mathematics. In this conference, Véronique Izard (Laboratoire Psychologie de la Perception – UMR 8242) will mostly focus about our knowledge of numbers. She will first review findings providing evidence that numerical content is present in our Core Cognition – a set of cognitive systems that constitute infants’ first cognitive abilities, and then remain active throughout lifetime. Second, while core intuitions capture some properties of numbers, other aspects go beyond their representational power: in particular, children are not initially endowed with resources to discriminate between exact large numbers. In the second part of the talk, she will present two studies where we investigated the development of Integer concepts, by probing children’s understanding of fundamental properties that have served to ground mathematical formalization of Integers. The first study focuses on the relation of numerical equality, and how it is instantiated by one-one correspondence (Hume’s principle, grounding settheoretical formalizations of number). The
second study probes children’s understanding of structural properties highlighted by Peano-Dedekind axioms: the fact that the list of all Integers can be generated by iterating a successor function, and the fact that the Integer list does not loop back on itself. Time permitting, she may also talk about the cognitive foundations for geometry.

Share Button

Séminaire « The issue of sequential and parallel processing in language production: Insights from neurophysiological data » – 25 janvier 2018

La conférence se déroulera de 10h à 11h, en amphi 031, à la MSHS.

Résumé :

The stages involved in mental information processing can be distinguished on the basis of various criteria, including the timing with which they operate. There, a primary distinction has been made between sequential and parallel architectures. Donders’s (1868/1969) influential hypothesis and its variants postulate that cognitive stages can operate
sequentially, that is, without temporal overlap.

An alternative view postulates parallel (i.e. concurrent) processing across cognitive stages (McClelland, 1979).The contrast between sequential and parallel processing has played a major role in organising discussions of language production theories. The relatively recent adoption of neurophysiological measures (EEG, MEG) to study language and speech
production held the promise of providing new insights on this issue. These recordings boast millisecond temporal resolution, and thus could provide a window on the processing
steps between stimulus and response. In this conference, F.-Xavier Alario (Laboratoire de Psychologie Cognitive, Aix-Marseille Université et CNRS) will present a review of the literature that used MEG to investigate word production (Munding et al. 2016), and a study based on intracerebral data (Dubarry et al., 2017). Both invite careful conclusions about
the distinction between sequential and parallel processing in language production.

References
Dubarry, A. S. et al. (2017). Estimating Parallel
Processing in a Language Task Using Single-
Trial Intracerebral Electroencephalography.
Psychological Science, 28(4), 414-426.
Donders, F. C. (1969). On the speed of mental
processes (W. G. Koster, Trans.). Acta Psychologica,
30, 412–431. doi:
10.1016/0001-6918(69)90065-1 (Original work
published 1868)
McClelland, J. L. (1979). On the time relations of
mental pro- cesses: An examination of systems of
processes in cascade. Psychological Review, 86, 287–
330. doi:10.1037/0033-295X .86.4.287
Munding, D., et al. (2015). On the cortical
dynamics of word production: A review of the
MEG evidence. Language, Cognition and
Neuroscience, 31, 441– 462. doi:
10.1080/23273798.2015.1071857

Share Button

Conférence « Le paradoxe de l’âge : De l’effet de positivité à la régulation émotionnelle » – 8 décembre 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente une conférence de Sandrine Vieillard (Laboratoire CHArt – UPON EA 4004 -Cognitions Humaine et Artificielle – Université Paris Nanterre). Dans le domaine du vieillissement normal, il existe aujourd’hui un engouement pour ce que l’on appelle communément l’effet de positivité. Ce concept, longtemps demeuré flou, est aujourd’hui défini comme la tendance des aînés par rapport aux jeunes adultes à traiter de manière privilégiée l’information positive sur l’information négative dans des tâches attentionnelles et mnésiques. Ce phénomène empirique a conduit certains chercheurs à considérer que l’effet de positivité était la manifestation d’une meilleure disposition à réguler les émotions avec l’avancée en âge. Cette idée selon
laquelle le vieillissement serait associé au développement de compétences tournées vers la recherche d’un biais favorable par lequel on peut voir toute chose est progressivement venue remplacer celle, plus privative, de la vieillesse. Cette représentation positive
du vieillissement participe à promouvoir la notion de « bien vieillir » devenu un enjeu social et politique majeur dans nos sociétés occidentales. Toutefois, elle n’est pas sans poser quelques questionnements du fait de son caractère contre-intuitif au regard de la réalité du vieillissement cognitif normal.
Ces questions seront abordées à travers la présentation de ses travaux expérimentaux (e.g., mesures comportementales, psychophysiologiques, oculomotrices) dont le double objectif était de tester la robustesse de l’effet de positivité et de contribuer au développement récent des études relatives à l’effet du vieillissement sur les capacités de
régulation émotionnelle. Cette présentation sera l’occasion de présenter ses nouveaux intérêts de recherche relatifs à l’effet de l’âge sur l’inscription corporelle des processus
cognitifs et d’aborder, dans le champ du langage, la manière dont les concepts abstraits, envisagés du point de vue de la perspective embodiment, sont susceptibles d’évoluer avec
l’avancée en âge.

La conférence aura lieu en salle 128 à la MSHS, de 12h à 13h.

Share Button

Conférence « Neurocognitive functions involved in the regulation of effort during endurance exercise: A dual-model perspective » – 7 décembre 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente une conférence de Rémi Radel (Laboratoire Motricité Humaine, Éducation, Sport, Santé LAMHESS EA 6312 -UCA).
Abstract. The regulation of effort during prolonged physical tasks not only has great importance in the performance of professional athletes, but also in everyday activities of all individuals. The problem can be assimilated to a trade-off between the costs and benefits of effort exertion, in which peripheral signals of fatigue, pain and energy consumption have to be compared to the values, the motives, and the utility of the task.
The objective of this communication is to provide a theoretical proposition of how these different types of information are integrated in the brain to regulate physical effort. In other words, a model will be proposed to identify the cognitive functions and brain regions/networks involved in this regulatory process. Specifically, a dual model is proposed in which effort would be constantly regulated in an automatic fashion at a subcortical level
but could also be sporadically regulated in a top-down manner by a controlled route when the automatic response is considered as inappropriate. Such conflicts may arise because it is presumed that each regulatory route considers different types of information, with rather unconscious information for the automatic route (e.g., peripheral afferent feedback, unconscious reward) and conscious information for the controlled route (e.g., subjective
feelings, task expectations, conscious rewards). The detection of conflict by a supervisory system would require cognitive resources by relying on effortful fronto-executive functions
such as sustained attention and inhibition. This framework therefore implies that while some conditions are favorable to a bottom-up regulation of effort, others are rather favorable to a top-down regulation of effort depending on the availability of frontoexecutive resources. In consequence, the different types of information may not always have the same impact on physical effort. This talk reviews the evidence for this model and also present preliminary data testing this model.

La conférence aura lieu de 12h à 13h.

Share Button

Conférence « Phénoménologie du signe : fondements neurophysiologiques et enjeux épistémologiques » – 24 novembre 2017

David Piotrowski est Chargé de Recherche à l’Institut Marcel Mauss de l’EHESS et rattaché au LIAS (Linguistique, Anthropologie, Sociolinguistique) UMR 8178 CNRS. Si la question du signe occupe de fait une place privilégiée dans l’analyse phénoménologique (cf. 1° Recherche Logique de Husserl), c’est de droit que, inversement, la question phénoménologique relève de l’interrogation sémiolinguistique – simplement parce qu’il
revient à tout savoir empirique de déterminer clairement la forme et le périmètre des phénomènes de son ressort. L’examen des « formes de l’apparaître » sémiolinguistique est donc partie prenante d’une réflexion sur la constitution d’un savoir sémiolinguistique, et plus particulièrement sur le caractère empirique d’un tel savoir. Se situant à la croisée de ces différentes interrogations (épistémologique, théorique, empirique, phénoménologique), on traitera du cas particulier de la théorie saussurienne du signe. Après un bref rappel des
principales étapes de construction d’une « morphodynamique du signe », comme
accomplissement mathématique des conceptions saussuriennes, on montrera que ce modèle possède une signification phénoménologique en ce qu’il restitue et affine fonctionnellement le système husserlien des strates de conscience verbale. S’agissant alors de fonder empiriquement une telle phénoménologie du signe, on se propose de montrer, d’une part, que les circonstances de génération du potentiel EEG évoqué « N400 » confortent une description intentionnaliste du fait sémiotique, et, d’autre part, que le système des strates de conscience verbale que décline la morphodynamique du signe se
trouve conforté par les observations de ce même potentiel évoqué. Il reste que la sémiolinguistique semblerait alors disposer de deux référentiels empiriques, calibrant, chacun suivant son ordre propre, les observables d’une seule et même science. L’un étant donc celui d’une phénoménologie, et l’autre celui des neurosciences. Si ces deux référentiels étaient mutuellement irréductibles, la situation serait intenable. Pour dépasser
cette obstruction, David Piotrowski montrera que dans une perspective structurale morphodynamique, la pratique des signes, leurs engagements effectifs dans l’accomplissement d’actes d’expression ou de communication − dont une science sémiolinguistique exposerait donc les principes et les modalités − incorporent le moment et conditionnent la forme de leur advenue. Autrement dit encore, la morphogenèse du signe se découvre inséparable des schémas normatifs sur lesquels se règlent les pratiques
sémiolinguistiques, et ceci à double titre : d’abord en ce que ces schémas sont le corrélat empirique et fonctionnel d’une stabilisation des signes, et ensuite, dualement, en ce qu’ils constituent le référentiel des ajustements et des innovations dont une parole vivante est toujours en quête. Les travaux de David Piotrowski se situent au croisement de la linguistique structurale, des modèles morphodynamiques, de la phénoménologie et de l’épistémologie. Ses principaux ouvrages sont Dynamiques et structures en langue, 1997; L’hypertextualité ou la pratique formelle du sens, 2004; Phénoménalité et objectivité linguistiques, 2009; Morphogenesis of the sign, 2017.

La conférence se déroulera en salle 420, de 12h à13h, au 4ème étage de la MSHS.

Inscription obligatoire auprès de sylvie.grenard(at)unice.fr

 

Share Button

Journée Joël Swendsen – 15 septembre 2017

La MSHS présente deux conférences autour des travaux en psychologie de Joel Swendsen, directeur de recherche au CNRS (UMR5287). Ses travaux relatifs aux neurosciences intégratives et aux confins de l’épidémiologie permettent d’apprécier les liens étroits dans le domaine de la santé entre psychologie et disciplines connexes.

Ces conférences auront lieu le 15 Septembre 11h-12h, en amphi 031.

Téléchargez l’affiche : JOURNÉE Swendsen 15 sept

Share Button

Tutoriels « Tools for the (cognitive scientist’s) mind – 30 juin 2017

Dans le cadre de l’axe 1, des tutoriels « Tools for the (cognitive scientist’s) mind » seront organisés de 12h à 14h, en amphi 031 à la MSHS.

Télécharger l’affiche

Share Button

Journées thématiques axe 1 et Académie 5 – 17 et 19 mai 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente deux demi-journées
thématiques tournées vers les sciences cognitives, dans le cadre d’une mission de
l’Académie 5 visant le développement du Programme structurant UCA JEDI Systèmes
cognitifs, normalité et pathologie du cerveau humain, neurosciences computationnelles. Ces deux demi-journée des 17 et 19 Mai feront à la fois un état des lieux des perspectives de recherche en sciences cognitives et une présentation du premier projet financé.

Téléchargez l’affiche et le programme

Share Button

Quantum models of cognition – 27 avril 2017

Human cognition displays features that are known to be hard to model within classical frameworks: order effect (the answers given to two questions depend on the ordering of these questions), conjunction fallacy (a conjunction of events is more likely than a single of these events), and disjunction fallacy (an agent is more likely to be part of a subset than of a larger set).

Lieu du séminaire de l’axe 1 : amphi 031 à la MSHS, de 14h à 17h30.

Téléchargez l’affiche et le programme

Share Button

Séminaire « Analyse filmique et cognition » – 10 novembre 2016


Téléchargez l’image

L’axe 1 vous convie à son séminaire « Analyse filmique et cognition », jeudi 10 novembre 2016, de 12h30 à 13h30, en amphi 031, rez-de-chaussée de la MSHS.


Résumé :

L’objectif est de présenter le projet de réaliser une série d’expériences (en imagerie cérébrale ou utilisant l’oculométrie cognitive) visant à étudier la perception du spectateur ou celle d’analyste de films durant le temps de la projection.

Share Button

Séminaire « Ownership outside the law : the psychological roots of children’s ownership judgments » – 4 novembre 2016


Téléchargez l’affiche

Les axes 1 et 2 vous invitent à leur séminaire du 4 novembre 2016, de 12h30 à 13h30, en salle 128, 1er étage de la MSHS.


Résumé :

Ownership is a major influence on how people think and feel about objects, and how they use them. For instance, people value and prefer their own possessions over nonowned
objects; ownership impacts people’s memory for objects; and ownership even influences how people physically handle objects. One influential view of ownership distinguishes between “psychological” and “legal” aspects of ownership. For instance, people can feel ownership over material goods that are not actually theirs, and can also feel little or no
ownership over goods that do belong to them. This suggests that feelings of ownership do not always match legal ownership status.

 

Share Button

Séminaire « Que fait la culture de nos cerveaux? L’Effet Theuth » – 22 septembre 2016

Téléchargez l’affiche

L’axe 1 vous invite à son séminaire « Que fait la culture de nos cerveaux? L’Effet Theuth », jeudi 22 septembre, de 12h30 à 13h30, salle 128, 1er étage de la MSHS.


Résumé :

Que fait la culture de nos cerveaux ? Que fait la culture de nos aptitudes cognitives, entendues ici lato sensu (cognition pure, compétences émotionnelles et sensorielles) ? Prenant acte i) de la puissance de la culture et de la diversité de ses manifestations au sein de notre espèce, ii) de l’extraordinaire plasticité du cerveau humain, Joël CANDAU (LAPCOS) nous présentera de nombreuses disciplines (anthropologie cognitive, neurosciences sociales et culturelles, social and behavioral epigenetics, psychologie culturelle et interculturelle) qui se rejoignent autour du constat d’un cerveau culture-dependent.

Share Button

Conférence « The relationship between consciousness and visual attention » – 14 octobre 2016

Affiche axe 1 14 octobre 2016
Télécharger l’affiche

Lieu de la conférence : salle 128, MSHS Sud-Est, 12h30-13h30

Conférencier : Harry H. HALADJIAN

In this talk, Harry H. Haladjian (Laboratoire de Psychologie de la Perception, Université Paris Descartes) will present arguments for a dissociation between consciousness and attention (based on Montemayor & Haladjian, 2015, MIT Press), which will include outlining the various forms of consciousness and attention, how they overlap within conscious attention, and how evolution can help make sense of these distinctions.

Share Button

Conférence « The Mismatch Negativity (MMN) response for phonemes and auditory strings » – 4 juillet 2016

Conférence Faith Chiu'sProchain séminaire de l’axe 1 « COGNITION & COOPÉRATION » de la MSHS Sud-Est  :

Lundi 4 juillet 2016 de 14h à 15h, salle 227 (MSHS Sud-Est, St Jean d’Angély 3).

Intervenant : Faith Chiu, University College London

Titre : The Mismatch Negativity (MMN) response for phonemes and auditory strings

 

Résumé :

Faith Chiu’s (UCL) research explores how speech perception relies on the accurate identification of phonemes within an auditory string. The talk will examine syntagmatic and paradigmatic contrast in phonology and speech perception using preliminary results from two EEG studies with computational modelling. Study 1 investigates paradigmatic contrast in the form of segment identification. Modelling of Mismatch Negativity (MMN) responses to categorical phonemic changes indicates (de)coupling activity in auditory cortices during phoneme identification. Study 2 shows preliminary data for automatic mechanisms for detecting changes in(to) two-consonant strings.

Entrée libre.

 

 

Share Button

Séminaire « Space, Health, Cognition » – 30 juin 2016

Ce séminaire porté par l’axe 1 se déroulera au 2ème étage de la MSHS, en salle 227/229.

Health geographics is a relatively new area of that discipline. It concerns the way (geographic) space interacts with individuals, their bodies, to produce effects on their health. These effects are usually studied from a negative standpoint. Space can interact via distance (ruggedness, obstacle) for example by making access to healthcare more difficult, or via neighborhood (contamination in the case of viruses, or proximity with
highways, an airport or polluting industries). This discussion is essentially about the latter aspect, through the presentation of a work being currently carried out on the spatialization of odors of industrial origin.

Téléchargez l’affiche et le résumé

Share Button

Symposium « Learning, restructuring, grouping, chunking » – 11 juillet 2016

Téléchargez le programme 11 juillet 2016 AXE 1.compressedLe symposium se déroulera le lundi 11 juillet à la MSHS, en amphi 031.

Cette journée du 11 juillet 2016 organisée par l’Axe 1 (Cognition et Coopération) de la MSHS Sud-Est met à nouveau l’accent sur la modélisation des capacités cognitives.
La question principale de cette journée est celle de la structuration de l’information. Pour attaquer cette question de front, la question de l’extraction de régularités est centrale. Cette question est souvent associée au processus de chunking, une conceptualisation qui a vocation de rendre compte du contournement des limitations de la mémoire par une organisation de l’information.
Les différentes approches de la journée tenteront de décrire (1) les capacités de la mémoire lorsqu’un processus de chunking est réprimé et (2) les caractéristiques du processus de chunking.
Divers domaines seront abordés sous cet angle : la cognition humaine et animale, l’expertise et l’apprentissage implicite, la consolidation des connaissances, la compression de l’information, et les effets d’activation de l’information en mémoire.

Téléchargez le programme

Share Button

Séminaire « Real-time detection of phonological activity in the brain » – 12 mai 2016

12 mai 2016

Le séminaire aura lieu le 12 mai 2016 de 12h30 à 13h30 en salle 128/129.

Animateur : Tobias SCHEER

Are the pieces (morphemes) that linguists identify really the ones that are represented in the mind of speakers and manipulated online by the cognitive system? When electricity is pronounced, does the speaker really retrieve electric and ity from long term memory and change the stem-final [k] (electri[k]) into [s] (electri[s]ity) before pronouncing the result? Is ity in stored independently because it also occurs in simplicity, elasticity etc. (this is the argument made by linguists)?

 
 
 
 
 
 
 
 

Share Button
1 2 3