« L’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap : enjeux et perspectives » – 4 décembre 2017

Ce séminaire se déroulera en salle 009, au rez-de-chaussée de la MSHS.

Conférencière : Mai-Anh Ngo – Docteur et HDR en droit privé – Ingénieur de recherche Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG, France

Rapporteur : Philippe Renevier, Maître de conférence au laboratoire Informatique Signaux et Système de Sophia-Antipolis (I3S/CNRS UMR 7271)

Résumé :

La déclaration des Nations Unies portant sur le rôle des Technologies de l’Information et de la Communication pour les personnes handicapées dispose que « les avancées scientifiques et technologiques expressément conçues pour les personnes handicapées, (….), devraient leur permettre d’exercer pleinement leurs droits et libertés fondamentales dans toute la mesure du possible ». La force de cette affirmation montre à quel point la question de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap est une problématique centrale, notamment dans la perspective des droits fondamentaux. Les spécificités des nouvelles technologies de l’information et de la communication nécessitent toutefois de penser et d’adapter l’accessibilité à ce domaine particulier.

L’Union européenne, à l’instar du droit international, consciente de l’importance de ce sujet, est à l’origine ces dernières années de différents textes susceptibles de faire évoluer cette thématique. Ce développement sans précédent de l’encadrement légal de la question de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication mérite que l’on s’y attarde pour mesurer sa portée réelle.

L’analyse des directives adoptées ou en cours de discussion laisse apparaître des principes communs. Tout d’abord une première ligne directrice commune, très novatrice, réside dans le fait de traiter la question de l’accessibilité comme une exigence essentielle qui doit être prise en compte par le marché. Ensuite, la seconde ligne directrice commune, est représentée par la diminution du champ d’application de tous ces textes, d’une part, sous les pressions de divers groupes d’intérêts, mais aussi d’autre part, de façon plus prospective, par la mise en application des clauses de sauvegarde textuellement envisagées. Enfin, pour l’ensemble de ces textes, la question du contrôle de leur mise en œuvre semble perfectible.

Ces analyses menées sur le plan juridique révèlent, une véritable potentialité d’autonomie pour les personnes en situation de handicap dans la société de l’information et de la communication, cependant l’étude des textes met en lumière des insuffisances importantes.

Pour mesurer l’efficacité réelle de l’accessibilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux personnes en situation de handicap, il convient de comprendre par une étude pluridisciplinaire, voire transdisciplinaire, quelles sont les effets dans le quotidien de ces directives et propositions de directives.

Share Button

Nathalie HEINICH : Une approche sociologique des valeurs – 14 décembre 2017

La conférence se déroulera en amphi 031 à la MSHS, à 18 h.

Résumé:

Le monde est-il régi par des valeurs ? Ces dernières changent-elles au cours du temps ? Et finalement qu’est-ce qu’une valeur ? Nathalie Heinich tente de répondre à ces questions par une sociologie axiologique qui s’attache à ce que sont les valeurs pour les acteurs : comment ils évaluent, opinent, pétitionnent, expertisent ; comment ils attribuent de «la» valeur, en un premier sens, par le prix, le jugement ou l’attachement ; comment les différents objets valorisés (choses, personnes, actions, états du monde) deviennent des «valeurs» en un deuxième sens (la paix, le travail, la famille) ; et comment ces processus d’attribution de valeur reposent sur des «valeurs» en un troisième sens, c’est-à-dire des principes largement partagés (la vérité, la bonté, la beauté), mais diversement mis en œuvre en fonction des sujets qui évaluent, des objets évalués et des contextes de l’évaluation.

Le thème des valeurs, par essence transdisciplinaire, est au cœur du projet de l’axe 2 sur les communautés numériques. La discussion sera introduite par un sociologue (Manuel Boutet), Un économiste (Richard Arena) et une philosophe (Carole Talon-Hugon) tous trois membres de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Share Button

Journée d’études de l’axe 2 – 7 juillet 2017

Un cycle de conférences et de séminaires est proposé par l’axe 2. Pour démarrer, une journée d’études est organisée le 7 juillet de 14h à 17h, en amphi 031 à la MSHS avec les interventions suivantes :

– 14h-15h: Gérald Gaglio (Université De Technologie Troyes): Technologie-Organisation-Innovation : Variations autour d’un triptyque;
– 15h-16h: Catherine Félix (Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG): L’alternance des locuteurs en réunion médicale  : La co-production de la restriction de l’alternance et du phénomène du locuteur principal;
– 16h-17h: Lise Arena (Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG) et Marc Relieu (Télécom ParisTech): ‘Un Tramway, cela n’a pas de warning’: Notes sur l’organisation des services de maintenance et réparation d’un réseau de transport public.

 

Share Button

Journée d’étude « L’acceptabilité en questions » – 2 février 2017

Objectif de la journée d’études :

• Rassembler chercheurs et acteurs du monde socio-économique local pour
discuter des problématiques d’acceptabilité des dispositifs numériques ;
• Recenser et confronter les paradigmes existants dans la littérature en sciences
humaines et sociales et en ergonomie ;
• Mettre en place des méthodes d’évaluation dans une perspective de coconception
au plus près des besoins des usagers ;
• Se focaliser sur le domaine des objets connectés pour articuler des cadres
conceptuels transdisciplinaires et des méthodes à un terrain d’études concret.

Parmi les intervenants : Eric Brangier et Laurent Denant-Boemont

Lieu de la journée : amphi 031 de 9h30 à 16h30

Programme :

9h30 – Accueil des participants et ouverture de la journée par Tobias Scheer, Directeur de la MSHS

10h-10h20 – « Présentation de la journée et synthèse des grands paradigmes sur l’acceptabilité desobjets connectés en SHS », Lise Arena et Pierre Thérouanne


10h20-11h00 – Retours d’expérience: Dr. Frédéric Prate (Directeur du Centre de référence « Health, Well-being and Aging », IDEX UCA JEDI, Université Côte d’Azur)

11h00-11h15 – Pause café

11h15-12h00 – « Acceptabilité, contrôle et adaptation individuelle aux technologies de l’information », Christophe Elie-dit-Cosaque, Professeur en Sc. de Gestion, Université Paris- Dauphine

12h00-12h45 – Buffet ————————————————————————————————————————————

APRES-MIDI (12h45-16h30)

12h45-13h15 – « Les méthodes des nudges et des affordances dans la conception d’objets connectés », Agnès Festré et Alain Giboin


13h15-14h00 – « L’acceptabilité est-elle soluble dans l’ergonomie prospective? », Eric Brangier, Professeur en Ergonomie/ Psychologie, Université de Lorraine

14h-14h45 – Table ronde : Pierre Nolay (Chef d’entreprise, Alphéeis) et Lydie Elias (Consultante en UX design et intervenante à la Sustainable Design School, Université Côte d’Azur)

14h45-15h30 – « Comment mesurer l’acceptabilité en laboratoire? Une revue des techniques expérimentales », Laurent Denant-Boemont, Professeur en Sc. Economiques, Université de Rennes 1

15h30-16h – Pause café

16h-16h30 – Discussion générale et perspectives futures.

Téléchargez l’affiche et le programme : Journée acceptabilité

Share Button

Séminaire « Quelles régulations pour l’économie collaborative? Un défi pour le droit économique » – 15&16 décembre 2016

Les 15 et 16 Décembre auront lieu les « Rencontres de Droit Economique », organisées par le GREDEG-CREDECO et la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société Sud-Est (MSHS)

 

15 Décembre à partir de 14h00 et 16 Décembre de 9h00 à 18h00  –  AMPHI 202 – Faculté de Droit

 

http://unice.fr/faculte-de-droit-et-science-politique/contenus-riches/actualites/quelles-regulations-pour-l2019economie-collaborative-un-defi-pour-le-droit-economique

 

Share Button

Séminaire « Artefacts numériques et matérialités » – 13 décembre 2016

Dans le cadre du cycle de séminaires joints MSHS/ GREDEG/ INRIA-I3S wimmics sur le thème « Artefacts numériques et matérialités », nous aurons l’honneur d’accueillir Brian Cantwell Smith (Université de Toronto). Le séminaire aura lieu le mardi 13 décembre de 14h à 17h en salle 129 à la MSHS. Alexandre Monnin introduira la pensée de Brian Cantwell Smith avant une discussion avec ce dernier qui reviendra sur son parcours et ses thèmes de réflexion.

Brian Cantwell Smith est informaticien et philosophe. A l’origine de la notion de réflexivité en informatique il a notamment développé le langage 3-Lisp dans les années 80. Ayant bifurqué vers la philosophie, il s’intéresse depuis lors aux fondements de l’informatique ainsi qu’au renouveau de la métaphysique, de l’ontologie et de l’épistémologie.

Son travail l’a amené à dialoguer aussi bien avec des penseurs issus de la logique, de la philosophie analytique et de l’esprit que des STS (Science and Technology Studies) pour ce qui constitue encore à ce jour un synthèse inédite. Au début des années 90 il a d’ailleurs animé un groupe de discussion avec Adrian Cussins et Bruno Latour duquel est sorti un petit livre, Registration Marks: Metaphors for Subobjectivity (en cours de traduction par Alexandre Monnin). Sa pensée représente ainsi le tournant ontologique originel des STS, bien avant les récents débats dans ce domaine ou le développement des ontologies dites orientées-objet ou du réalisme spéculatif.
Brian C. Smith est notamment l’auteur de On the Origin of Objects (MIT, 1996).
Deux volumes d’articles sont en cours de préparation (sous le titre Indiscrete Affairset de même qu’un livre de plusieurs tomes, intitulé The Age of Significance: An Essay on the Origins of Computation and Intentionality.
Share Button

Séminaire du groupe « Santé » « La simulation comme outil d’apprentissage de l’éthique en santé » – 2 novembre 2015

Le groupe « Santé » de l’axe 2 organise un séminaire présentant « La simulation comme outil d’apprentissage de l’éthique en santé », le 2 novembre de 17h à 19h, en salle 128, à la MSHS Sud-Est.

Intervenant : Alain PERCIVALLE (CHU de Nice).

Résumé :

« Le terme « simulation en santé » correspond à l’utilisation d’un matériel (comme un mannequin ou un simulateur procédural), de la réalité virtuelle ou d’un patient standardisé, pour reproduire des situations ou des environnements de soins, dans le but d’enseigner des procédures diagnostiques et thérapeutiques et de répéter des processus, des situations cliniques ou des prises de décision par un professionnel de santé ou une
équipe de professionnels. »

Téléchargez la présentation

Share Button

Séminaire « Ownership outside the law : the psychological roots of children’s ownership judgments » – 4 novembre 2016


Téléchargez l’affiche

Les axes 1 et 2 vous invitent à leur séminaire du 4 novembre 2016, de 12h30 à 13h30, en salle 128, 1er étage de la MSHS.


Résumé :

Ownership is a major influence on how people think and feel about objects, and how they use them. For instance, people value and prefer their own possessions over nonowned
objects; ownership impacts people’s memory for objects; and ownership even influences how people physically handle objects. One influential view of ownership distinguishes between “psychological” and “legal” aspects of ownership. For instance, people can feel ownership over material goods that are not actually theirs, and can also feel little or no
ownership over goods that do belong to them. This suggests that feelings of ownership do not always match legal ownership status.

 

Share Button

Séminaire « Artefacts Numériques et Matérialités » – 9 septembre 2016

Dans le cadre du cycle de séminaires joints MSHS/GREDEG/INRIA-I3S-wimmics sur le thème “Artefacts Numériques et Matérialités”, nous aurons le plaisir d’accueillir Yuk HUI (http://digitalmilieu.net/), chercheur à l’Université Leuphana de Lüneburg et chercheur invité à l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou à Paris, le 9 septembre de 14h à 16h en salle 129 à la MSHS.

Sa présentation intitulée «Object and Relation –Ontology(ontologies) in Light of the Notion of Digital» s’orientera sur la base de son ouvrage tout récemment publié: On the Existence of Digital Objects (University of Minnesota Press, 2016 , https://www.upress.umn.edu/book-division/books/on-the-existence-of-digital-objects ).

Le résumé est le suivant:

« I will center the talk around my recent book On the Existence of Digital Objects (Press of Minnesota University, 2016), in which I propose to decompose the concept of object into relations in light of the recent development in digital technologies, especially data processing. Digital objects are the new industrial artifacts that pervade in our everyday life, either online or offline. In this talk, I will argue that 1) digital object demands a new ontology, which distinguishes itself from that of natural objects (that which has been explored in terms of subject or/and substance) and technical objects (that which we can find in the work of Heidegger and Simondon), this ontology is fundamentally relational and material; and 2) I will elaborate on relation as a concept beyond the opposition of syntactic and semantic, and proposes to understand the genesis of digital objects from the perspective of the materiality of relations. »

Share Button

Séminaire « Démarche expérimentale en Sciences Humaines et Sociales  » – 11 juillet 2016

Dans le cadre de son cycle de présentations pédagogiques, le groupe « applications au terrain de la santé » de l’axe 2 propose un séminaire sur la démarche expérimentale en SHS.

Intervenants : Isabelle MILHABET et Pierre THEROUANNE (LAPCOS)

Lieu et horaire : salle 128, MSHS Sud-Est (1er étage) – lundi 11 juillet de 15h à 16h30.

Cette présentation fait suite à la première du 20 avril 2016, assurée par Catherine FELIX (GREDEG) : « Pour une sociologie descriptive des processus d’interaction , l’apport de l’analyse de conversation ».

La démarche méthodologique reste la même :
a) présentation des fondements épistémologiques, des bases et de la portée de la méthode;
b) illustration de la méthode;
c) temps de discussion

Voir le document pdf : Approche experimentale en SHS (Milhabet & Therouanne)

Share Button

Conférence « Dynamiques informationnelles et interactionnelles sur internet » – 13 juin 2016

affichecamillerothDans le cadre de l’axe 2 « TIC, usages et communautés », une conférence est proposée par Camille Roth, chercheur à l’Institut Bloch de Berlin, lundi 13 juin de 15h30 à 17h30, en salle 128, MSHS.

Résumé :


Les communautés en ligne et le ‘web social’ mettent en relation des utilisateurs produisant et diffusant divers types de contenus et d’informations, de manière essentiellement horizontale et décentralisée. Les réseaux et circulations qui en résultent sont néanmoins très largement hétérogènes : aussi bien structurellement, en termes de position des acteurs, que cognitivement, en termes de distribution des contenus.
Nous montrerons comment ces communautés peuvent être appréhendées en tant que systèmes socio-sémantiques et illustrerons plus largement leur configuration autour de divers cas d’étude issus notamment du projet ANR Algopol et liés à l’espace public numérique, la bolgosphère, les plateformes Twitter, Facebook ou encore Instagram.

Télécharger l’affiche de la conférence

Share Button

Journée d’étude « Innovation, créativité, territoires. Etudier l’industrie du jeu vidéo aujourd’hui » – 6 et 7 juin 2016

Cette journée se déroulera en amphi 031, à la MSHS. Elle est organisée conjointement dans le cadre des axes 2 et 4 par :

Amel Attour, Sciences Economiques, UNS, Laboratoire GREDEG; Manuel Boutet, Sociologie, UNS, Laboratoire GREDEG; Rani Dang, Sciences de gestion, UNS, Laboratoire GREDEG; Hovig Ter Minassian, Géographie, Université François Rabelais de Tours, Laboratoire CITERES ; Vinciane Zabban, Sciences de l’Education, Université Paris 13 Villetaneuse, Laboratoire EXPERICE.

Résumé :


 

L’industrie du jeu vidéo constitue un terrain d’étude privilégié pour comprendre la construction, la gestion des savoirs et des savoir-faire culturels mais aussi technologiques propres aux territoires dans le domaine de l’économie numérique. L’enjeu de ces journées d’études est de réunir des acteurs et des chercheurs de différentes disciplines en sciences sociales (sciences économiques, de gestion, sociologie, géographie, philosophie, etc.) pour tenter de clarifier les dynamiques de l’innovation et de la créativité dans les territoires, en contribuant à une meilleure compréhension des réseaux et des écosystèmes de l’économie numérique. Pour cela, nous proposons aux participants une réflexion croisée sur les rapports de l’innovation et de la créativité aux territoires, à travers trois sessions : la première sera consacrée à l’inscription territoriale des formations aux métiers du jeu vidéo, la deuxième cherchera à comprendre les lien entre les ressources spécifiques des territoires et le développement des industries créatives, et la troisième enfin, discutera des territoires des usages du jeu vidéo et de leur appréhension par les industries.

Téléchargez le programme

Share Button

Séminaire interne « Pour une sociologie descriptive des processus d’interaction, l’apport de l’analyse de conversation » – 20 avril 2016

Le groupe « Santé »  de l’axe 2 de la MSHS lance un cycle de présentations pédagogiques de nos approches méthodologiques respectives. Le principe est que chaque présentation se divise en 3 temps : a) une présentation des fondements épistémologiques, des bases, et de la portée de la méthode, b) une illustration de cette méthode à l’aide d’une recherche dans les thèmes de l’usage du numérique et/ ou de la santé et c) un temps laissé à la discussion.

Ces présentations sont ouvertes à tout collègue de la MSHS susceptible d’être intéressé par les approches interdisciplinaires en SHS et/ou les travaux de l’axe 2 « TICs Usages et communautés » dans le champ de la santé.

La première présentation sera assurée par Catherine Felix, GREDEG, le mercredi 20 avril en salle 128 de 17h15 à 18h30 :  « Pour une sociologie descriptive des processus d’interaction , l’apport de l’analyse de conversation ».

Voir le document pdf : Analyse de conversation (Felix)

Share Button

Séminaire « Artefacts Numériques et Matérialités » How computing technology as a form of dual materiality matters in shaping organizational endogenous change and stability” – 18 avril 2016

Dans le cadre du cycle de séminaires joints MSHS/GREDEG/INRIA-I3S-wimmics sur le thème “Artefacts Numériques et Matérialités”, l’axe 2 aura le plaisir d’accueillir Evelyne ROUBY et Catherine THOMAS (Sciences de Gestion, GREDEG, UNS) le 18 avril de 14h à 16h en salle 129 à la MSHS. Le papier présenté s’intitule: « How computing technology as a form of dual materiality matters in shaping organizational endogenous change and stability ».
Leur travail sera rapporté par Alain GIBOIN (Ergonomie, Psychologie, wimmics, INRIA-I3S).
Share Button

Séminaire  » Artefacts Numériques et Matérialités » – 24 mars 2016

Dans le cadre du cycle de séminaires joints MSHS/GREDEG/INRIA-I3S-Wimmics sur le thème “Artefacts Numériques et Matérialités”, l’axe 2 a l’honneur d’accueillir David KIRSH (Université de San Diego, Californie) et Michael WHEELER (Université de Stirling, Royaume-Uni) le 24 mars prochain.
Ce 4ème atelier de travail aura lieu de 10h à 17h en salle plate à la MSHS.
Share Button

Séminaire interne “Moteurs de recherche exploratoire et conception d’une méthode d’évaluation centrée utilisateurs” – 14 mars 2016

Le prochain séminaire interne de l’axe 2 “TIC, Usages et Communautés” de la MSHS Sud-Est aura lieu le Lundi 14/03 de 14h à 16h en salle 129.
Nous aurons le plaisir d’accueillir Emilie Palagi (Doctorante au sein de l’équipe Wimmics (INRIA/I3S) et EURECOM) qui viendra nous présenter son travail: “Moteurs de recherche exploratoire et conception d’une méthode d’évaluation centrée utilisateurs”. La thèse est financée par le Labex UCN@Sophia (User Centric Network, http://ucnlab.eu/).
Pierre Thérouanne (psychologie/ ergonomie, LAPCOS) discutera le travail d’Emilie.

Résumé de l’intervention: Les moteurs de recherche exploratoire (MRE) sont des applications dont la fonction est d’aider les utilisateurs à explorer un domaine pour y faire des découvertes, en d’autres termes, à réaliser une tâche de recherche appelée recherche exploratoire (Marchionini, 2006). Les méthodes d’évaluation de ces systèmes visent à vérifier que ces derniers aident effectivement les utilisateurs à réaliser cette tâche d’exploration. Toutefois, il est possible de constater que les méthodes existantes ne permettent pas véritablement cette vérification. L’élaboration d’une méthode y pourvoyant s’avère donc nécessaire. Dans le cadre de cette présentation il vous sera proposé de découvrir :

  •  les MRE au travers d’une démo du MRE Discovery Hub conçu au sein de l’équipe Wimmics (Marie, 2014) ;
  •  la méthode d’évaluation centrée utilisateurs envisagée dans le cadre de ma thèse (Palagi, 2015) débutée en Septembre 2015; cette méthode reposera sur un modèle du processus de recherche exploratoire.
Share Button

Workshop « Travail, données, œuvres : de l’art contemporain à l’open data, quelques trajets d’instauration équipés » – 17 et 18 février 2016

Dans le cadre du projet “Artefacts et coordination” et dans son cycle de séminaires ANM “artefacts numériques et matérialités” (coordonné par Lise Arena, Alexandre Monnin (INRIA/I3S-wimmics) et Bernard Conein):

Un workshop intitulé « Travail, données, œuvres : de l’art contemporain à l’open data, quelques trajets d’instauration équipés​“ sera organisé les 17 et 18 février 2016 à la MSHS et dans les locaux d’I3S. Les interventions s’organiseront ainsi:

  • Alexandre MONNIN (Philosophie du Web) interviendra sur le thème « Re-Source : une archive en temps réel pour outiller et saisir l’instauration des œuvres d’art (contemporaines) en train de se faire” – Lieu: salle 129, MSHS Sud-Est à 14h30. Jérôme Denis reviendra sur sa participation, en tant qu’ethnographe, au projet évoqué par Alexandre Monnin.​
  • Jérôme DENIS (Sociologie, Télécom ParisTech) interviendra sur le thème “Façonner les données. Travail et valeurs de l’information” – Lieu: Salle du Conseil, I3S à 10h : JD Façonner les données

Téléchargez le programme

Share Button

Workshop « Explorations autour de l’hybridation des activités : le numérique au-delà de la virtualisation » – 19 janvier 2016

La journée d’étude se déroulera de 9h00 à 17h00, en salle 129 à la MSHS Sud-Est.

Programme des interventions :

9h30 : Accueil des participants (café et croissants)
10h : « Les assemblages hybrides dans la pratique des jeux de réalité augmenté mobile » Marc Relieu Ethnométhodologie, Antenne Deixis Sophia, Télécom ParisTech, Département SES

11h30 : « ‘In Real Life’ / ‘In Game’ : articulation des dimensions distancielles et présentielles dans les jeux vidéo massivement muti-joueurs » Vincent Berry Sciences de l’éducation, Université de Paris 13 – Villetaneuse, Laboratoire EXPERICE : http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/actes/berry.pdf

13h : déjeuner

14h30 : « Les recompositions des espaces et des routines quotidiennes dans l’usage des jeux vidéo et des jeux mobiles » Manuel Boutet Sociologie, Université de Nice Sophia-Antipolis, Laboratoire GREDEG : http://eps.revues.org/5989

16h : café de clôture

 

Bibliographie liée :

Vincent Berry

–       Berry V., 2012, L’expérience virtuelle : jouer, vivre, apprendre dans un jeu vidéo, PUR, 270p.

Marc Relieu

–       Relieu M., Morel J., « Les limites de la coprésence à distance. Le guidage sur téléphone mobile», Revue d’anthropologie des connaissances 2/2011 (Vol. 5, n° 2) , p. 339-363.

Manuel Boutet

–       Boutet M., Ter Minassian H., 2015, « Les jeux vidéo dans les routines quotidiennes », espaces populations sociétés n°1–2, Dossier Métro – boulot – dodo : quoi de neuf dans nos routines de mobilité ? coordonné par Joël Meissonnier et Cyprien Richer.

–       Bidet A., Boutet M., 2014, « Pluralité des engagements et travail sur soi. Le cas de salariés ayant une pratique ludique ou bénévole », Réseaux, Dossier Le sujet et l’action à l’ère numérique présenté par Franck Cochoy et Christian Licoppe, vol. 6, n°182, p. 119–152.

–       Boutet M., 2012, « Jouer aux jeux vidéo avec style. Pour une ethnographie des sociabilités vidéoludiques », Réseaux n°173–174, Dossier Les formes ludiques du numérique coordonné par Jean-Paul Simon et Vinciane Zabban, pp. 207–234.


Résumé :

Pour comprendre les dynamiques d’innovation et d’usage d’une large gamme d’applications informatiques actuelles, qui participent à de nombreux aspects de la vie sociale, il semble nécessaire d’abandonner le paradigme de la « virtualisation » pour celui de l’« hybridation ». Ces pratiques articulent une représentation du monde (plan, carte, simulation d’un espace, etc.) et un environnement de la vie courante. Chaque fois, la combinaison est le fait des capacités des agents, encadrées par l’application (jeu sérieux, jeu de réalité augmentée, etc.). Néanmoins plusieurs formules d’articulation distinctes peuvent être repérées, selon le type de rapport construit entre le monde de l’application et le monde de la vie courante, avec deux grandes tendances :

–       L’hybridation peut être construite comme un projet. Ainsi, dans certains usages médicaux, l’environnement virtuel est conçu comme un espace d’entrainement du malade qui le prépare à se confronter au monde. Ou encore, dans certains usages scientifiques, la simulation permet de s’assurer que les sujets exhibent les caractéristiques comportementales que l’expérimentation veut isoler.

–       L’hybridation peut se présenter plutôt comme une invite à l’exploration. L’environnement quotidien peut ainsi être redécouvert à travers des activités in situ suggérées par le dispositif et qui viennent briser des routines, celles des déplacements domicile-travail par exemple.

Dans ce workshop, nous présenterons la variété de ces combinaisons ainsi que leurs ressorts communs : le fait qu’elles se fondent sur l’agentivité des usagers, et le fait que le dispositif prenne bien souvent la forme d’un jeu – deux caractéristiques qui sont peut-être liées. Surtout nous nous attacherons au déploiement concret de ces combinaisons entre des mondes, en espérant saisir le dosage assez particulier de liberté et de guidage de l’activité située des usagers qui nous semble, peut-être, pouvoir le caractériser.

Share Button

1ére séance du séminaire MSHS/UNS-GREDEG/Inria-WIMMICS « Artefacts numérique et matérialités » : « Minds Online : Cognitive Extension and the Web » – 7 janvier 2016

​Nous aurons le plaisir d’accueillir ​​prochainement Paul SMART (Faculty of Physical Sciences and Engineering, University of Southampton), dans le cadre du programme « Artefacts et coordination » de l’axe 2. Son intervention, le 7 janvier 2016 à 14h00​ à la MSHS Sud-Est (salle 129)​,​ constituera la première séance publique du cycle de séminaires joints MSHS/UNS-​GREDEG/Inria-​WIMMICS « Artéfacts numérique et matérialités » .
​Elle ​s’intitule ​ “Minds Online: Cognitive Extension and the Web” et​ tentera d’examiner divers aspects de la thèse de l’esprit étendu (extended mind) à l’aune de dispositifs numériques dont le développement a accompagné l’essor du Web.

Résumé :
​In the two decades since its invention, the World Wide Web has emerged as the primary application of the Internet. Its growth and popularity have exerted a significant influence on almost every sphere of human activity. From socializing to software development and from shopping to social change, practically every form of human endeavour now seems to have been affected, at least to some extent, by the advent of the Web. In view of all this, it is natural to wonder about the effects of the Web on our cognitive and epistemic profiles. Does the Web serve as the basis for a profound transformation of our cognitive and epistemic capabilities, perhaps leading to a state-of-affairs in which the limits of what we know and what we can do is limited only by what our digital networks make available? Alternatively, does the Web threaten to undermine our cognitive capabilities and epistemic standing, thereby diminishing our status as cognitive and epistemic agents? One way of approaching these questions is to look at the Web through the conceptual lenses of distributed and extended cognition. Given that both distributed and extended cognition see cognition as sometimes supervening on elements of the bio-external technological and social environment, we can ask to what extent the Web (and its associated technologies) support the emergence of extended cognitive systems whose capabilities (perhaps) surpass those of individual human agents.
In this talk, I will draw attention to three kinds of cognitive extension that are supported by the Web, and which therefore yield three kinds of (Web-based) extended cognitive system. The first kind of cognitive extension is based around the claim that the technological and informational elements of the Web (and Web-enabled devices) can, on occasion, lead to forms of extended cognition centred on individual human agents. This is the form of cognitive extension that has received the most attention from philosophers and Web scientists. In addition, to reviewing some of the ways in which a number of emerging Web technologies may support extended cognition, I will also attempt to highlight some of the ways in which issues of Web-extended cognition impact on debates in contemporary epistemology, especially those regarding our status as ‘extended knowers’.
A second form of cognitive extension has also been the focus of recent empirical and theoretical attention in the cognitive scientific and philosophical literature. This is the idea that the Web serves as a platform for the emergence of distributed (or collective) cognitive systems. Here, I will consider recent ideas relating to the notion of social machines and the global brain, both of which emphasize the role of the Web (and Internet) in the realization of socially-distributed forms of intelligence. In making this analysis, I will draw attention to a recent view of intelligence that goes under the heading of mandevillian intelligence. Some technologies, I suggest, may work to degrade the capabilities of individual agents while simultaneously enhancing the capabilities of collective cognitive systems. Such claims encourage us to view our traditional concepts of cognitive/epistemic vice and virtue as relative to particular kinds of (extended) cognitive system: some forms of technology, I suggest, can help to transform what appears to be an individual cognitive vice into something that more closely resembles a collective cognitive virtue. This has a number of implications for how we view the epistemic impact of (e.g.) Web search technologies.
Finally, I will introduce the notion of human-extended machine cognition, a novel form of cognitive extension that has not been discussed in the philosophical literature. The core idea, here, is that the Web provides a mechanism by which human agents can be incorporated into globally-distributed information networks that realize various forms of machine intelligence. Such forms of incorporation enable us to think of human biological agents as themselves the material elements of extended cognitive processes that are initiated, sustained and controlled by the next generation of intelligent systems.​
Share Button

Séminaire Wimmics “artefacts numériques et matérialités” – 4 décembre 2015

Comme annoncé lors de la journée de séminaires interdisciplinaires de l’UNS le 20 Novembre dernier et dans le cadre du programme “artefacts et coordination” de l’axe “TIC, Usages et Communautés” de la MSHS Sud-Est, le premier atelier du cycle de séminaires joints MSHS/GREDEG/INRIA-I3S-Wimmics sur le thème “artefacts numériques et matérialités” aura lieu le vendredi 4 décembre de 11h30 à 17h dans les locaux d’I3S (Salle du conseil). Cette première journée de réflexion permettra de situer le débat pluridisciplinaire par rapport à des textes significatifs sur la nature des artefacts numériques.
Tout au long de l’année, ce séminaire combinera des journées pluridisciplinaires de réflexion “interne” et des invitations de collègues extérieurs spécialistes des thématiques des artefacts numériques et des différentes formes de matérialités.
Comme premier intervenant extérieur, nous accueillerons Paul Smart (Faculty of Physical Sciences and Engineering, University of Southampton) le 7 janvier 2016 à la MSHS Sud-Est. Nous recevrons en février (date à confirmer) Michael Wheeler (Faculty of Philosophy, University of Stirling) dans les locaux d’I3S.
Share Button
1 2 3