Identité culturelle de l’Europe et diversité culturelle en Europe : l’Europe (n’) a-t-elle (qu’) une âme ?

Laurent MARTIN (Professeur d’histoire, Université Paris III Sorbonne-Nouvelle)

Colloque international « La construction européenne et ses apories », Nice, 29-31 janvier 2015, organisation MSHS Sud-Est, soutiens cercle condorcé 06, CRHI et CMMC,  Axe 3 : « L’Europe et ses autres »

Résumé :


Depuis le début des années 1970 au moins, disons depuis le sommet de Copenhague à l’occasion duquel les chefs d’Etat et de gouvernement des futurs Neuf de la Communauté européenne affirment leur volonté d’introduire la notion d’identité européenne dans leurs relations extérieures communes, le thème de l’identité culturelle européenne est au centre des interrogations des responsables de l’Europe. Les débats autour de l’adoption d’une « Charte culturelle européenne », devenue simple « déclaration européenne sur les objectifs culturels » à Berlin en 1984 montrent à la fois l’importance de ce thème et la difficulté des Européens à en préciser les contours et le contenu. Si l’on réaffirme à l’envi tout au long des années 1980-90 et jusqu’aux négociations sur la Constitution européenne au début des années 2000 ce postulat d’une identité culturelle au-delà des frontières politiques qui divisent l’Europe et dont le patrimoine commun de valeurs et d’idéaux constituerait le cœur, c’est bien entendu parce que son existence ou l’entente sur son contenu sont rien moins qu’assurées. La tension est permanente entre l’aspiration à, ou l’affirmation d’une unité culturelle de l’Europe et le constat de ses divisions internes, qui n’ont pas connu de solution avec la réunification de l’Allemagne et de l’Europe après 1989. La dynamique de l’unification se heurte à la persistance des rivalités nationales, à la méfiance des gouvernements et des opinions envers tout ce qui pourrait remettre en cause la souveraineté culturelle des Etats-nations, ainsi qu’aux tensions entre communautés à l’intérieur de certains Etats, la crise ukrainienne actuelle étant là pour nous le rappeler. Je voudrais revenir sur l’émergence et la trajectoire conceptuelle de la notion d’ « identité culturelle européenne », dans un premier temps, avant d’examiner la tension qu’elle entretient avec la notion concurrente et complémentaire de « diversité culturelle », devenue, après l’ « exception culturelle », un pilier du discours communautaire depuis les années 1990. Dans un troisième temps, je me propose d’examiner la façon dont la notion de « diversité culturelle » est elle-même retravaillée à partir des questions posées par la réalité multiculturelle des pays européens, les appels au « pluralisme culturel », au « dialogue interculturel » voire au « multiculturalisme ». Ma proposition relève donc au premier chef d’une histoire conceptuelle de la construction européenne, approchée à partir des questions de politique culturelle. Le corpus est constitué par les textes des grandes conférences internationales du Conseil de l’Europe et des diverses instances communautaires, des traités européens, des rapports remis à intervalles réguliers sur ces questions. J’espère pouvoir lier cette étude des discours officiels à une analyse des politiques concrètes mises en œuvre sous couvert de ces mots d’ordre, à différentes échelles.

Share Button