Le libéralisme dans tous ses États : circulation des hommes et des idées en Europe (XVIIIe-XXIe)

Séminaire de recherche explortoire CMMC-LIRCES en partenariat avec l’UMR IRCL de Montpellier (MSH Montpellier)


CONTACTS


– Pierre-Yves BEAUREPAIRE (CMMC) : Pierre-Yves.Beaurepaire@unice.fr

– Marc MARTI (LIRECES) : marti@unice.fr

– Pierre-Yves QUIVIGER : Pierre-Yves.Quiviger@unice.fr


ORIENTATION


Le libéralisme comme doctrine croise le champ du politique avec celui de l’économie. Les relations que l’on peut établir entre libéralisme économique et libéralisme politique sont complexes, atteignant parfois des dimensions paradoxales. Malgré des précédents qui peuvent se situer au début de l’époque moderne, le libéralisme émerge réellement au XVIIIe, en particulier dans la pensée des Lumières européennes. D’une certaine façon, il est le produit d’une volonté de comprendre ou de découvrir les «lois naturelles» qui régissent l’économie et la politique. Ces «lois naturelles» feront rapidement l’objet d’une diffusion dans toute l’Europe, diffusion qui se traduira paradoxalement par une territorialisation partielle de la doctrine. Le libéralisme originel va se transformer, en fonction des espaces et des temporalités, en «libéralismes» dont les derniers avatars sont sans doute les doctrines dites «néo-libérales» de nos sociétés contemporaines.

L’objectif que propose le séminaire est d’observer, d’analyser et d’interpréter les variations et les diffusions de la doctrine dans les sociétés européennes entre le XVIIIe et le XXIe siècle. Nous proposons pour cela quatre axes pour mener à bien cette recherche.

  1. Comment une doctrine à visée universaliste, comme d’autres théories issues des Lumières, a pu connaître une diffusion importante, qui s’est paradoxalement traduite par une territorialisation plus ou moins marquée en fonction des époques ?
  2. Quels ont été et quels sont les canaux et les acteurs de la diffusion du libéralisme ?
  3. Comment et pourquoi a-t-il été mis en pratique dans la sphère politique, sociale, économique, juridique, institutionnelle des états européens et/ou des organisations transnationales ? Ce questionnement ne pourra éviter d’analyser la permanence de la doctrine depuis le XVIIIe siècle qui doit être interrogée, sans doute, à travers sa plasticité et sa capacité évolutive.
  4. Quelles sont les relations entre libéralisme politique et libéralisme économique ?

ORGANISATION


Ce séminaire exploratoire vise à développer une approche interdisciplinaire autour de la thématique choisie, en faisant notamment appel à des historiens, des philosophes, des économistes et des juristes. Il viendra s’insérer dansl’axe 3 de la MSH Sud-Est, dans la problématique «L’Europe et ses autres». Il permettra par ailleurs de développer une collaboration avec la MSH de Montpellier (MSHM) qui développe la thématique générale «Dynamique des interactions euro-méditerranéennes» ainsi qu’avec son partenaire canadien le CIERL (Centre Interuniversitaire d’Études sur la République des Lettres, U. de Laval) pour la partie concernant l’Ancien Régime.

– Un 1er séminaire a eu lieu le 12 décembre 2014, avec les intervenants suivants : Marc MARTI (Nice): « Aristocrates et bourgeois libéraux dans l’Espagne de la fin du XVIIIe : contractions et évolutions de la pensée économique » et Paul CHENEY (University of Chicago): « L’économie politique de la colonisation: de la monarchie composite à la nation ».

– Il a été suivi d’un 2ème séminaire le 24 avril 2015, avec les intervenants suivants : Pierre-Yves QUIVIGER (professeur de philosophie, CRHI, Université Nice Sophia Antipolis), et Jacques GUILHAUMOU, Directeur de recherche émérite au CNRS en sciences du langage, UMR « Triangle », ENS/LSH Lyon, « La généalogie historique au fondement de l’analyse discursive de l’idée d’Europe ».

– Le 3ème séminaire s’est déroulé le 16 octobre 2015, avec les intervenants suivants : Franck SALAÜN (Institut de Recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et ses Lumières, IRCL – UMR 5186), « Politique de la librairie au temps de Malesherbes : une approche libérale? » et Jean-Pierre SCHANDELER (Institut de Recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et ses Lumières, IRCL – UMR 5186), « Condorcet le libéral au prisme du stalinisme ».

– Le 4ème séminaire s’est déroulé le 7 juin 2016, avec les intervenants suivants : Catherine LARRERE (Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), « Les ennemis de la liberté : Montesquieu, John Law et la critique du despotisme », Jean CARTELIER (Université de Paris-Ouest, EconomiX), « L’anti-colbertisme n’est pas (toujours) un libéralisme : l’exemple de Quesnay », et Joël Thomas RAVIX (Université de Nice Sophia Antipolis, GREDEG), « Contre les colbertistes et les anglomanes : Du Pont de Nemours et la liberté du commerce extérieur ».

Share Button