Séminaire interne « Jouer sur internet depuis son lieu de travail. Une étude compréhensive » – 31 mars 2015

Horaire et lieu : 9h à 11h en salle 129, à la MSHS.

Intervenant : Manuel BOUTET (MCF en sociologie, GREDEG, UNS)

Rapporteur : Alexandra RUFINI (MCF en sciences économiques).

Résumé :


 Que peut-on apprendre en interrogeant les personnes sur ce qu’elles font pendant leurs pauses au travail ? En étudiant modestement la pratique d’un jeu sur internet pendant les pauses de plusieurs salariés, je suis ses transformations selon les personnes et les contextes de travail. J’observe que la forme prise par la pratique de jeu varie selon l’activité de travail où elle s’insère, en particulier selon la présence ou non d’une situation de multi-activité, où se multiplient les communications à distance et les sollicitations hétérogènes dans le cours de l’activité. La pratique du jeu donne ainsi à voir le travail déployé pour maintenir une cohérence de l’activité dans les contextes professionnels, plus nombreux aujourd’hui, où les temps sont individualisés, les arrangements techniques, laissés à la responsabilité du travailleur, et les sollicitations hétérogènes. L’intrication de ces deux activités, jeu et travail, ne se résume donc pas aux deux interprétations courantes, qui voient dans le jeu un divertissement ou un entraînement. Apparaissant en situation comme une modalité de l’auto-discipline des salariés, l’activité de jeu est plus largement à l’échelle de la personne l’une des modalités d’une pratique de soi s’appuyant sur une pluralité d’engagements qu’elle cultive, et qui se définit par deux traits : un relatif détachement à l’égard de la situation salariale et l’exploration curieuse d’intérêts émergents. Ce travail sur soi est une ressource de réflexivité à l’échelle du quotidien, et une source de réinvention de soi à l’échelle biographique.

Share Button