Séminaire « Artefacts numériques et matérialités » – 13 décembre 2016

Dans le cadre du cycle de séminaires joints MSHS/ GREDEG/ INRIA-I3S wimmics sur le thème « Artefacts numériques et matérialités », nous aurons l’honneur d’accueillir Brian Cantwell Smith (Université de Toronto). Le séminaire aura lieu le mardi 13 décembre de 14h à 17h en salle 129 à la MSHS. Alexandre Monnin introduira la pensée de Brian Cantwell Smith avant une discussion avec ce dernier qui reviendra sur son parcours et ses thèmes de réflexion.

Brian Cantwell Smith est informaticien et philosophe. A l’origine de la notion de réflexivité en informatique il a notamment développé le langage 3-Lisp dans les années 80. Ayant bifurqué vers la philosophie, il s’intéresse depuis lors aux fondements de l’informatique ainsi qu’au renouveau de la métaphysique, de l’ontologie et de l’épistémologie.

Son travail l’a amené à dialoguer aussi bien avec des penseurs issus de la logique, de la philosophie analytique et de l’esprit que des STS (Science and Technology Studies) pour ce qui constitue encore à ce jour un synthèse inédite. Au début des années 90 il a d’ailleurs animé un groupe de discussion avec Adrian Cussins et Bruno Latour duquel est sorti un petit livre, Registration Marks: Metaphors for Subobjectivity (en cours de traduction par Alexandre Monnin). Sa pensée représente ainsi le tournant ontologique originel des STS, bien avant les récents débats dans ce domaine ou le développement des ontologies dites orientées-objet ou du réalisme spéculatif.
Brian C. Smith est notamment l’auteur de On the Origin of Objects (MIT, 1996).
Deux volumes d’articles sont en cours de préparation (sous le titre Indiscrete Affairset de même qu’un livre de plusieurs tomes, intitulé The Age of Significance: An Essay on the Origins of Computation and Intentionality.
Share Button