Conférence « Le paradoxe de l’âge : De l’effet de positivité à la régulation émotionnelle » – 8 décembre 2017

L’Axe 1 (Sciences Cognitives et Computation) de la MSHS présente une conférence de Sandrine Vieillard (Laboratoire CHArt – UPON EA 4004 -Cognitions Humaine et Artificielle – Université Paris Nanterre). Dans le domaine du vieillissement normal, il existe aujourd’hui un engouement pour ce que l’on appelle communément l’effet de positivité. Ce concept, longtemps demeuré flou, est aujourd’hui défini comme la tendance des aînés par rapport aux jeunes adultes à traiter de manière privilégiée l’information positive sur l’information négative dans des tâches attentionnelles et mnésiques. Ce phénomène empirique a conduit certains chercheurs à considérer que l’effet de positivité était la manifestation d’une meilleure disposition à réguler les émotions avec l’avancée en âge. Cette idée selon
laquelle le vieillissement serait associé au développement de compétences tournées vers la recherche d’un biais favorable par lequel on peut voir toute chose est progressivement venue remplacer celle, plus privative, de la vieillesse. Cette représentation positive
du vieillissement participe à promouvoir la notion de « bien vieillir » devenu un enjeu social et politique majeur dans nos sociétés occidentales. Toutefois, elle n’est pas sans poser quelques questionnements du fait de son caractère contre-intuitif au regard de la réalité du vieillissement cognitif normal.
Ces questions seront abordées à travers la présentation de ses travaux expérimentaux (e.g., mesures comportementales, psychophysiologiques, oculomotrices) dont le double objectif était de tester la robustesse de l’effet de positivité et de contribuer au développement récent des études relatives à l’effet du vieillissement sur les capacités de
régulation émotionnelle. Cette présentation sera l’occasion de présenter ses nouveaux intérêts de recherche relatifs à l’effet de l’âge sur l’inscription corporelle des processus
cognitifs et d’aborder, dans le champ du langage, la manière dont les concepts abstraits, envisagés du point de vue de la perspective embodiment, sont susceptibles d’évoluer avec
l’avancée en âge.

La conférence aura lieu en salle 128 à la MSHS, de 12h à 13h.

Share Button