Séminaire « Le sabar transnational, au-delà du noir et blanc ? Appropriations, transactions et émotions dans la diffusion du sabar en Europe » – 7 juin 2018

L’axe 3 de la MSHS Sud-Est, dans le cadre de son projet « Circulations transnationales et blocages des pratiques culturelles », propose un séminaire intitulé : « Le sabar transnational, au-delà du noir et blanc ? Appropriations, transactions et émotions dans la diffusion du sabar en Europe ».

Intervenante : Alice ATERIANUS-OWANGA (Université de Lausanne)


Résumé :

Le terme sabar désigne à la fois un instrument de musique, un événement festif, et un répertoire de danses, présents chez l’ethnie wolof et lébou du Sénégal (Penna Diaw 2005, Tang 2008, Dessertine 2010). Danse de cercle pratiquée autrefois essentiellement par les femmes, le sabar a connu de nombreuses évolutions dans les dernières décennies : d’une part à l’intérieur du Sénégal par le biais des mises en spectacles sur les scènes de ballet contemporains (Neveu-Kringelbach 2013), qui a amené à ce qu’elle soit aujourd’hui pratiquée de plus en plus par des groupes mixtes, et mélangée avec d’autres genres musicaux ; d’autre part au travers des migrations et des mobilités des danseurs qui la diffusent au-devant du monde, auprès d’un public de plus en plus nombreux d’adeptes de sabar (Ross 2008 ; Bizas 2014). A l’intérieur du marché des « danses africaines » (Lassibille, 2009), un réseau transnational de « sabaristes » réunit des danseurs, des musiciens et des élèves circulant entre différentes villes d’Europe et d’Afrique, pour partager des moments d’interaction musicale et dansée.

A partir de l’examen du processus (en cours) de diffusion transnationale d’une forme musicale et dansée, le sabar, cette communication examinera comment l’adoption et la transmission d’un répertoire hors de ses frontières initiales peut également être significatif de résistance aux relocalisations, et constituer un support d’affirmations de « traditions », de frontières et d’identités nationales déterritorialisées. Cette présentation se basera sur une ethnographie intensive et multisituée des réseaux de diffusion des danses africaines et du sabar plus particulièrement, entre différentes villes du continent européen (en Suisse romande et en France) et du Sénégal.

Share Button