L’étranger : Altérité, Altération, Métissage. Rencontres universitaires internationales, 7-9 octobre 2015, Corte

affiche Recontres UniversitairesRencontres universitaires internationales « L’étranger : Altérité, Altération, Métissage », avec l’appui de la MSHS Sud-Est.

1ère table ronde organisée du 7 au 9 octobre 2015, à l’initiative de l’axe 3 et du LISA.

Lieu : Università di Corsica Pasquale Paoli, Campus Mariani, Corte

La question de l’étranger interroge le rapport à soi-même et à l’autre. Qu’elle soit individuelle ou collective, la notion d’identité semble indissociable de la notion d’altérité, l’une définissant l’autre, dans la perception paradoxale d’une perpétuelle et inévitable porosité de leurs caractères. Lorsque le « moi » désigne l’autre en l’affublant du qualificatif d’étranger, il se livre à une mise à distance qui implique la notion de territoire et s’inscrit dans une dialectique du dedans et du dehors, l’étranger se trouvant relégué à la frontière qui parfois devient la marge. La question du regard sur soi, sur le groupe, sur l’autre, fondamentale dans l’appréhension de l’étranger, induit des relations d’inclusion ou d’exclusion et convoque les notions de l’un et du multiple, du soi (ipse) et de l’autre.
Mais qu’est-ce qu’être étranger dans nos sociétés modernes ? À l’heure de la mondialisation économique, des échanges et de la circulation des hommes, des idées et des savoirs, les mouvements migratoires contribuent à une nouvelle perception de la rencontre avec cet autre jadis lointain, cet étrange inconnu -noble étranger ou inquiétante figure-, cette « figure du dehors » (Kenneth White) ou cette image stéréotypée, générant parfois un sentiment de méfiance. Les bouleversements suscités fragilisent le concept d’état-nation et conduisent à des reconfigurations, des altérations, et des interactions à la fois culturelles, religieuses et linguistiques qu’il convient d’étudier car elles influent sur les cultures européennes et bousculent les formes possibles de l’appartenance. L’éclatement de l’unité, le métissage, la « contamination », les configurations « multi » -culturelles, linguistiques, ethniques…-, la créolisation de l’Europe (Édouard Glissant) interrogent notre rapport à l’autre et au monde.
Au croisement de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, de la psychanalyse, de la philosophie, de la littérature, de la linguistique, la question de l’étranger constitue l’un des grands enjeux de la vie en société, offrant des perspectives de recherche tant dans le domaine des sciences humaines que dans les arts, le cinéma, le théâtre et la littérature.

Contact :
Paola Camuffo
Université de Corse
UMR CNRS 6240 LISA
camuffo_p@univ-corse.fr

Picto_pdf Télécharger le programme

 

 

Share Button

Conférence « Qu’appelle-t-on avoir une identité collective? » – 2 décembre 2015

Conférence donnée dans le cadre du programme « Questions d’Europe », mercredi 2 décembre de 14h à 16h, amphi 031 à la MSHS.

Intervenant: Vincent DESCOMBES (EHESS)

Cette conférence abordera trois questions :

1° Comment passe-t-on de l’identité au sens logique d’un jugement d’identité à l’identité au sens moral d’une définition de soi qui mette en cause l’amour-propre d’un individu ou d’un groupe et le sentiment qu’ils ont de leur dignité ?

2° Quels sont les critères d’identité pour un être collectif (tel qu’une université, une profession, une ville, un Etat, une nation, etc.) ?

3° L’identité européenne est-elle culturelle ou politique ?

Share Button