1ère journée d’étude « Tourisme, valeur et patrimoine : regards croisés » – 27 janvier 2017

1ère Journée d’études Projet Tourisme MSHS Sud-Est « Tourisme, valeur et patrimoine: Regards croisés », organisée par l’axe 4 « Territoires, systèmes techniques et usages sociaux », avec la participation de l’IAE Nice.

Lieu : amphi 031 – vendredi 27 janvier – 8h à 16h.

Téléchargez le programme

Téléchargez l’affiche


Résumé :

Cette toute première journée d’études organisée dans le cadre de la MSHS Sud-Est par l’équipe du projet « Tourisme » de l’axe 4 « Territoires, systèmes techniques et usages sociaux », en particulier par Jean-Charles Briquet-Laugier (MSHS Sud-Est), Sylvie Christofle (UCA-UMR ESPACE) et Catherine Papetti (UCA-GRM), fut l’occasion d’initier un rendez-vous annuel au cours duquel les thématiques actuelles et les enjeux autour du tourisme ont été abordés par des experts, enseignants-chercheurs et professionnels du secteur.

L’objectif est de croiser les approches pluridisciplinaires, les regards de différents espaces français et de mettre en valeur une région du monde différente chaque année. Cette première Journée a mis l’accent sur : Héritage gastronomique, patrimoine œnologique et tourisme.

Jacinthe Bessiere, Maître de Conférences (ISTHIA), Sociologie (CERTOP), Université Jean Jaurès de Toulouse, a analysé les dimensions patrimoniales de l’alimentation, Sylvie Christofle, Maître de Conférences, Géographie (UCA-ESPACE-IAE), a présenté une étude sur la valorisation ludo-touristique des produits du terroir. Malgorzata Ogonowska, Maître de Conférences, Economie, Université Paris 8 (LED), a décrit le rôle des Bureaux de Congrès dans le cas des régions viticoles et Carine Fournier, Maître de Conférences, Géographie, Université de Bretagne Occidentale  a proposé une recherche sur la valorisation touristique d’un patrimoine œnologique à travers le cas des Côtes du Rhône gardoises.

Cette année, la région du monde mise à l’honneur était la Nouvelle-Zélande, avec la conférence de Joanna Fountain de l’Université de Lincoln, qui étudie les expériences touristiques autour du vin, des paysages vinicoles et du patrimoine et celle de Laurent Antonczak de l’Université d’Auckland, en collaboration avec Catherine Papetti (UCA-GRM-IAE), sur une proposition de valorisation du patrimoine glocal en réalité augmentée. Le programme a reçu un accueil très enthousiaste de la part de l’auditoire.

Rendez-vous a été donné l’année prochaine, pour la Deuxième Journée internationale Tourisme MSHS Sud-Est, autour de « TOURISME, EVENEMENTIEL et NUMERIQUE »

 

Share Button

Conférence « Regard sociologique sur les processus de patrimonialisation alimentaire : le rôle du « touriste mangeur » » – 17 mars 2016

Affiche Conférence J Bessiere 17 mars 2016La conférence sera donnée par Jacinthe Bessière, maître de conférences en sociologie au CERTOP (Centre d’étude et de recherche Travail, Organisation, Pouvoir- CNRS – UMR 5044), le 17 mars de 15h à 17h30 en amphi 031, à la MSHS.


Résumé : 

La prise en compte des problématiques actuelles du tourisme semble cruciale pour l’avenir des territoires ruraux. Le tourisme reste un des rares domaines à embrasser une diversité de secteurs socio-économiques dont l’agriculture et l’agro-alimentaire. Les processus de valorisation patrimoniale alimentaire sont alors questionnés en corrélation étroite avec les pratiques touristiques territoriales. Ces dernières pouvant jouer un rôle majeur dans la relance ou le réinvestissement de produits alimentaires sur certains bassins de production agricole. Dans un même temps, instituée comme une norme nationale, dont le « Repas » est aujourd’hui consacré par une inscription au patrimoine mondial de l’Humanité, la gastronomie française, est perçue comme un fondement commun, un marqueur collectif fédérant une identité commune. Ce « bien manger » à la française semble être un code national qui qualifie, unit et identifie. L’expérience gastronomique associée au tourisme semble alors être le lieu de multiples aspirations et représentations, notamment en espace rural, donnant lieu à de nouvelles pratiques, offres et filières situées parfois en marge d’un développement touristique plus institutionnalisé. Analysant les vacances comme une quête de sens et d’identité, la conférence se propose d’analyser les patrimoines alimentaires comme des composantes de la quête touristique mais également comme des vecteurs de développement pour les territoires ruraux.

Share Button

Séminaire « The Comparative Advantage of Destination Countries: The Impact of UNESCO World Heritage Sites on International Tourism Flows » – 26 juin 2015

Affiche MarianiSéminaire ouvert au public, en amphi 031, à 14h.

Intervenant: Marcello Maria MARIANI (Université de Bologne)

Alors que plusieurs sites de la région sont candidats pour figurer au patrimoine mondial de l’UNESCO (ex : Parc naturel européen « Alpi Marittime – Mercantour, Promenade des Anglais à Nice) ce séminaire nous amènera à réfléchir sur le facteur d’attractivité touristiques que constituent les sites classés et sur les avantages comparatifs qu’ils peuvent procurer aux pays hôtes. Par une étude économétrique d’un échantillon de données concernant 102 pays sur une période de 10 ans, le professeur Mariani mettra en lumière les relations entre les sites du patrimoine mondial de l’UNESCO et les flux touristiques internationaux. La discussion portera également sur la manière dont ces avantages comparatifs peuvent se traduire en gains de compétitivité, par une meilleure gestion des sites possédant une valeur patrimoniale exceptionnelle.

Résumé :


Cultural Heritage has played and is playing a crucial role for the development of tourism worldwide: not only Cultural Heritage generates cultural value, but it also yields economic value. In fact archaeological and historic sites, museums and monuments besides displaying an intrinsic cultural value are also able to generate further economic value through their commercial exploitation as tourist attractions. As a consequence cutural heritage is being studied in the tourism destination management literature as a relevant pull factor able to increase tourism arrivals. In this article we shed light on the role of UNESCO World Heritage Sites in attracting tourism flows to country destinations. Based on a multivariate regression analysis of panel data related to 102 countries over a 10 years time span, this paper sheds new light on the relationship between UNESCO World Heritage Sites and International Tourist Flows. Our preliminary findings indicate that the number of World Heritage Sites has a positive and statistically significant impact on international arrivals. Other explanatory variables taken into account such as the Gross Domestic Product (GDP) per capita, the international tourist receipts, the Foreign Direct Investment (FDI), the investment in transport with private participation, also have a positive statistically significant effect. The hospital beds have a negative effect. Overall it appears that cultural heritage contributes to the comparative advantage of a destination country (i.e., advantage based on cultural assets the destination is endowed with). However more light should be shed on the way the aforementioned comparative advantage can be translated into a competitive one by better managing extant cultural assets.[/tab] [/tabs]

 

Share Button